This is default featured post 1 title
This is default featured post 2 title
This is default featured post 3 title
This is default featured post 4 title
This is default featured post 5 title
This is default featured post 6 title

Rwanda : La cohabitation communautaire mise à l’épreuve des faits…

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

L’idéal du « vivre-ensemble » harmonieux entre les différentes composantes de la société rwandaise a été, depuis toujours, prôné par différents acteurs socio-politiques tant nationaux qu’internationaux qui ont été appelés à présider à ses destinées. Dès l’époque monarchique jusqu’au régime actuel du Front Patriotique Rwandais (FPR) en passant par la 1ère et la 2ème République, cet idéal n’a pas quitté les lèvres desdits acteurs. Et pourtant, des tensions ethniques et régionales, des tragédies, des guerres cycliques entre Rwandais ont sans cesse jalonné l’histoire socio-politique de leur pays et ont, à leur manière, contribué à en façonner la trajectoire sociale. Aujourd’hui encore, ce « vivre-ensemble » harmonieux reste toujours en veilleuse quand on regarde les milliers de réfugiés rwandais disséminés à travers le monde, des emprisonnements arbitraires des leaders d’opinion qui se font à l’intérieur du pays, des assassinats ciblés de Rwandais aussi bien à l’intérieur du pays que dans leurs pays d’exil, des politiques inappropriées de victimisation et de culpabilisation collectives, le refus à une catégorie de rwandais de jouir de sa dignité humaine et d’exercer ses droits et libertés.

BRUXELLES/BELGIQUE: MANIFESTATIONS DE SOUTIEN A MADAME VICTOIRE INGABIRE, LE 22 FEVRIER 2014

Rwandaises, Rwandais, Amis du Rwanda

Cet appel vous concerne!

Vous seriez déjà au courant: c’est le 13 décembre 2013 que Mme Victoire INGABIRE UMUHOZA, Présidente des FDU-INKINGI, a pris connaissance du verdict du procès politique que lui a intenté le gouvernement rwandais.

En effet, le pouvoir de KIGALI, dans ses dérives dictatoriales, vient de procéder à une mascarade de procès et condamner la présidente des FDU-INKINGI, Mme Victoire INGABIRE UMUHOZA à 15 ans de réclusion.

Rwanda: Triste 53ème anniversaire de la Démocratie

Triste anniversaire ce 28 janvier 2014 en effet, qui se passe au moment où le pouvoir de Kigali exécute des opposants en exil et par la main de son Président signe le crime. On se souvient que le Président Paul Kagame, lors du déjeuner de prière du 12 janvier 2014 à Kigali, a revendiqué l’assassinat en Afrique du Sud de l’opposant politique, le Colonel Patrick Karegeya, dans la nuit du Nouvel An et s’étonnait que l’opinion publique puisse être choquée par un tel acte ainsi que par sa revendication par le Président de la République.

Triste anniversaire marqué par la condamnation alourdie de 8 à 15 ans prison par la Cour Suprême infligée à la Présidente du parti FDU-Inkingi, Madame Victoire Ingabire Umuhoza, pour avoir commis le crime de lèse-majesté d’avoir annoncé son intention de se présenter aux élections présidentielles de 2010. Son Secrétaire Général, Monsieur Sylvain Sibomana, après une première condamnation de 2 ans, vient d’écoper une nouvelle peine de 6 ans de prison par la Haute Cour de Karongi, pour avoir tenu une réunion dans un cadre privé avec des membres de son parti. D’autres membres des FDU-Inkingi sont en prison pour des peines diverses, accusés d’avoir exercé leur droit constitutionnel d’association et d’adhésion à un parti politique de leur choix.

Rwanda: Les FDU-Inkingi démentent les déclarations de Jean-Baptiste Mberabahizi

Kigali, le 26 janvier 2014.

LES FDU-INKINGI DÉMENTENT LES DÉCLARATIONS DES USURPATEURS DE FONCTIONS

Ce samedi 25 janvier 2014, le nommé Jean-Baptiste Mberabahizi a diffusé un communiqué colportant de grossiers mensonges, sur une rencontre entre la délégation des enquêteurs de l’ONU sur les droits de l’homme en visite au Rwanda, et deux membres du Comité Exécutif Provisoire (CEP), nommément Flora Irakoze, Trésorière, et Fabien Twagirayezu, Porte-parole.

Ce qui est le plus écœurant, c’est que l’auteur, Jean-Baptiste Mberabahizi, calomnient par la même occasion des organisations internationales, en l’occurrence Amnesty International et Human Rights Watch, prétendant qu’elles auraient accompagné la délégation du CEP qui a rencontré les enquêteurs.

Ce seul mensonge suffit pour révéler les vraies intentions de Jean-Baptiste Mberabahizi. En effet, il est incompréhensible et triste, qu’il implique des organisations internationales dans une manœuvre qu’il sait pertinemment malveillante.