This is default featured post 1 title
This is default featured post 2 title
This is default featured post 3 title
This is default featured post 4 title
This is default featured post 5 title
This is default featured post 6 title

RWANDA : LES PAUVRES FONT TOUJOURS LES FRAIS DE MAUVAISES POLITIQUES GOUVERNEMENTALES

COMMUNIQUE DE PRESSE N° 013/2016

 

Dans son budget 2016 – 2017, le gouvernement rwandais a décidé d’appliquer des mesures protectionnistes sur l’industrie du textile en haussant de façon drastique les taxes sur les vêtements et les chaussures de seconde main importés. La taxe sur ces vêtements a haussé de 1150%, passant de 0.2 USD à 2.5 USD par kilogramme, tandis que celle sur ces chaussures a augmenté de 900%, passant de 0.5 USD à 5 USD. Par ailleurs, selon les autorités rwandaises, ces mesures ne constituent qu’une étape vers l’interdiction totale, d’ici trois ans, de l’importation de ces biens pourtant considérés comme de première nécessité jusqu’ici accessibles à la classe moyenne de la population rwandaise.

La Plateforme P5 des partis et organisations politiques Amahoro PC, FDU – Inkingi, PDP – Imanzi, PS – Imberakuri et Congrès National Rwandais (RNC)  dénonce fortement ces mesures parce que, non seulement elles sont néfastes pour le bien-être de la population rwandaise moins nantie, mais aussi elles sont adoptées dans l’un des pires contextes économiques du pays.

RWANDA : REFUS DE SOINS MEDICAUX A LA PRISONNIERE POLITIQUE VICTOIRE INGABIRE UMUHOZA

Les FDU-Inkingi sont très préoccupées par le manque de soins médicaux pour la prisonnière politique Madame Ingabire Victoire Umuhoza, très souffrante depuis samedi 24 Juillet 2016.

Rappelons que cette prisonnière politique vit dans des conditions hygiéniques très précaires depuis qu’elle a été transférée dans une salle commune de plus de 600 prisonnières. Depuis samedi, les autorités pénitentiaires de la prison « 1930 » de Kigali ne donnent aucune suite à sa demande pour se faire soigner. Dans la situation actuelle, et vu les différentes tortures subies antérieurement, nous craignons fort que cette privation de soins médicaux soit une action sournoise délibérée de la part du régime de se débarrasser,  sans coup férir, de son ennemi politique très gênant.

POLITIQUE AGRICOLE 1995-2016 AU RWANDA: CONTRASTE ENTRE LES BELLES STATISTIQUES DE PRODUCTIONS AGRICOLES ET LES FAMINES CHRONIQUES

POLITIQUE AGRICOLE 1995-2016 AU RWANDA:

CONTRASTE ENTRE LES BELLES STATISTIQUES DE PRODUCTIONS AGRICOLES

ET LES FAMINES CHRONIQUES.

Ndereyehe Charles[1]

 1.    Introduction

Le 24 février 2016, je publiai un article[i] en Kinyarwanda qui analysait les récentes publications[ii] parues sur l’agriculture au Rwanda. Comme dans les analyses antérieures [iii] - [iv], je soulignais encore que la politique économique du gouvernement rwandais, dominé par le FPR (Front Patriotique Rwandais), avait amené l’agriculture rwandaise dans l’impasse[v].

Beaucoup de journaux locaux continuent à publier dans le même sens, en mettant en exergue le contraste entre les statistiques luisantes d’augmentation des productions agricoles et les famines chroniques sévissant dans tous les coins du pays[vi].

Deux articles m’ont particulièrement impressionné. Le 1er, en anglais, du chercheur Dr. Neil Dawson, fait ressortir que la politique agricole du Rwanda a un effet néfaste pour les plus pauvres. Le 2ème,  du 16/02/2016 et en Kinyarwanda, concerne la déclaration du Ministre de l’agriculture et de l’élevage, Mme Dr G. Mukeshimana, qui affirme que  les problèmes de l’agriculture rwandaise sont liés à la régression de la recherche agricole[vii].

Ces deux personnalités montrent que les belles statistiques du gouvernement ne représentent pas les faits réels de terrain où l’autosuffisance alimentaire serait un acquis pour un grand nombre de Rwandais. Il est en effet de notoriété publique que les statistiques officielles sont souvent manipulées[viii], pour montrer une autre image[ix] de l’agriculture et du développement économique au Rwanda, qui seraient sur la voie d’assurer l’autosuffisance alimentaire. Pourtant tous les indicateurs économiques clignotent rouge[x], montrant la pauvreté et  la famine !

En effet, selon le Rapport Mondial 2013 sur le Développement Humain, le Rwanda a un indice de Gini de 0,53 , qui le place parmi les pays les plus inégalitaires au monde. Les 10% les plus riches accaparent 40% des revenus, tandis que les 10% les plus pauvres se contentent d’à peine 3,5% des revenus. En réalité 82% de la population vit avec moins de 2$ USD par jour, la population en-dessous du seuil de pauvreté (celle qui vit avec moins de 1,25 $/j) est de 63,2% au lieu de 44,9% avancé par les chiffres officiels. La population qui croupit dans une pauvreté multidimensionnelle est estimée à 69% par ce même Rapport [xi] .

La presse locale [xii]§§ montrent des réalités économiques caractérisant la pauvreté, chiffres et images à l’appui, au moment où les officiels ont de la peine à accepter cette misère rwandaise qu’ils veulent cacher à l’opinion internationale. L’alibi malheureux, constitué par les infrastructures poussant comme des champignons dans “la très propre ville de Kigali”, cache ce terrible mal rongeant le petit peuple, décrit ainsi par Ansoms (2009): “Tout comme ailleurs, l’élaboration des politiques est une affaire contrôlée par les élites au Rwanda. La majorité des petits producteurs pauvres a sans aucun doute peu d’influence sur la situation politique. Les responsables de formulation des politiques ont peu de liens institutionnels ou personnels avec les questions de développement rural, et sont nombreux à avoir une attitude condescendante, voire méprisante, envers les petits producteurs pauvres pratiquant des formes «traditionnelles » d’agriculture ” [xiii] .

RWANDA: CINQUANTE QUATRE ANS APRES, LES RWANDAIS SONT EN DEUIL DE LEUR INDEPENDANCE

Il y a 54 ans, les rwandais étaient fiers de hisser leur drapeau pour proclamer leur indépendance de la tutelle Belge, après la reconnaissance du Rwanda par des Nations unies comme une Nation indépendante le 1ier Juillet 1962. A l’unisson, ils ont chanté leur hymne national et rendu hommage aux pionniers de la république et de l’indépendance, et en appelant les rwandais de toutes ethnies  de vivre ensemble dans la liberté, la démocratie, la paix et l’harmonie.  Le 1er janvier 2002, le régime du FPR décida de changer l’hymne national . Sous toile de fonds, il enleva tout ce qui a trait à la République et aux ethnies composantes du Rwanda, mais continua à donner un vibrant hommage à ceux qui se sont battus contre le « joug colonialo-impérialiste ».

Protestation contre l’ingérence de l’Ambassade du Rwanda en Hollande dans les affaires judiciaires du Royaume des Pays-Bas

Madame MUSHIKIWABO Louise,

Ministre des Affaires Etrangères du Rwanda

A kigali

 

Objet : Protestation contre l’ingérence de l’Ambassade du Rwanda aux Pays-Bas dans les affaires judiciaires du Royaume des Pays-Bas

N/REF 01606003/CAJDH/0076

 

Madame le Ministre,

Par ce courrier, et au nom des Forces Démocratiques Unifiées (FDU-INKINGI), parti d’opposition au pouvoir en place au Rwanda, nous nous adressons à vous pour dénoncer l’ingérence de l’Ambassade du Rwanda aux Pays-Bas dans les affaires judiciaires néerlandaises.

RWANDA : PROGRAMME POLITIQUE DE LA PLATEFORME

 PROGRAMME POLITIQUE DE LA PLATEFORME

1. QUI SOMMES – NOUS ?

La Plateforme P5 est une coalition des organisations politiques AMAHORO-PC, FDU – INKINGI, PDP – IMANZI, PS – IMBERAKURI ET RWANDA NATIONAL CONGRESS (RNC); la Plateforme est ouverte aux autres organisations politiques qui adhèrent à sa vision et ses valeurs.

La Plateforme P5 est une large coalition de partenaires clés de la société Rwandaise. Les membres sont issus de tous les groupes ethniques (Hutu, Tutsi et Twa) et de toutes les régions du Rwanda, et ont un parcours historique diversifié. On y retrouve des personnes ayant été membres du FPR et des partis actifs au Rwanda depuis 1991, ainsi que de personnes n’ayant appartenu à aucun parti politique auparavant, des personnalités ayant appartenu aux structures du FPR sous Paul Kagame et au gouvernement de Juvénal Habyarimana, aux différents échelons jusqu’aux hautes sphères de l’administration et du gouvernement.