This is default featured post 1 title
This is default featured post 2 title
This is default featured post 3 title
This is default featured post 4 title
This is default featured post 5 title
This is default featured post 6 title

RWANDA: MADAME IRAGENA ILLUMINEE SUCCOMBEE AUX TORTURES DES AGENTS DE SERVICES SECRETS RWANDAIS

Nous venons d’apprendre de la famille de madame IRAGENA Illuminée, enlevée le matin du 26 mars 2016 sur le chemin de son travail à l’hôpital Roi Fayçal de Kacyiru à Kigali, qu’elle aurait succombé aux tortures lui infligées par les agents des services secrets de sécurité rwandais.

Madame Iragena Illuminée était réputée pour son dévouement à la cause des plus démunis de la société. Elle était responsable d’une ONG locale, ABIRU, qui s’occupe de la scolarisation des enfants issus de familles à revenus très modestes de Kigali. Elle était mère de trois enfants mineurs ; son mari a dû s’enfuir après l’enlèvement de son épouse pour éviter d’être arrêté ou enlevé.

RWANDA. LA TRESORIERE ADJOINTE DES FDU-INKINGI MADEMOISELLE GASENGAYIRE LEONILLE ARRETEE ENCORE UNE FOIS

Ce matin 23 Août 2016, la police vient d’arrêter une fois de plus Mademoiselle Gasengayire Léonille, trésorière–adjointe des FDU-Inkingi, alors qu’elle se trouvait en visite familiale chez ses parents à Kivumu –Bunyunju – Karungu - Rutsiro, Province de l’Ouest. Mademoiselle Léonille est détenue par le Commandant local Willy pour des raisons non encore rendues publiques.

Rappelons que Mlle Léonille est aussi responsable de porter de la nourriture à la prisonnière politique Mme Victoire Ingabire Umuhoza, Présidente des FDU-Inkingi. Mme Victoire reçoit la nourriture de l’extérieur de la prison sur conseil médical. La trésorière-adjointe des FDU-Inkingi avait été arrêtée en mars dernier à la prison centrale de Kigali où elle s’était rendue pour apporter la nourriture à Mme Victoire. Léonille Gasengayire avait été enfermée, incommunicado, dans une cellule de la station de police de Remera ; Elle est réapparue deux jours plus tard.

Même si nous ne connaissons pas encore les raisons officielles de cette nouvelle détention, nous craignons fort qu’il s’agit de la politique générale du FPR de harceler inlassablement les membres du FDU-Inkingi. Nous sommes également fort préoccupés qu’elle risque d’être victime encore une fois de mauvais traitements qu’elle a subis lors de sa première détention en mars dernier.

(Kinyarwanda) RWANDA. IBIBAZO BY’URUHURI MU BWISUNGANE MU KWIVUZA (MUTUELLE DE SANTÉ) BYABURIWE UMUTI

N’ubwo abanyarwanda batanga Mutueli, abenshi muri bo bakomeje guhitanwa n’indwara leta y’uRwanda irebera. Abaturage ntibahwemye kwijujutira uburyo ubu bwisungane bukora nabi, cyane cyane ku kuntu iyo bagiye kwivuza bimwa imiti n’amavuriro, ahubwo bakoherezwa kwigurira hanze. Ibi bibazo biza byiyongera kukwakirwa nabi. Nyamara buri mwaka havugwa za raporo ku miti iborera mu bubiko bwayo, kandi yaratanzweho amamiriyari atagira ingano. Ibi bibazo byose Leta y’uRwanda ikaba yananiwe kubibonera umuti!

N’ubwo abaturage berekanye ku buryo bugaragara ko bazi akamaro k’ubwisungane mu kwivuza, kandi bakaba babyitabira, uko iminsi igenda yicuma niko ikibazo cy’ubwisungane mu kwivuza kigenda kirushaho kuzamba. Aho gushakira umuti ibyo bibazo, guverinoma yarabyigurukije ibisunikira ikigo cy’ubwiteganyirize bw’abakozi (RSSB) ngo kibikemure. Aka ni agahomamunwa, kuko noneho byagiye i rudubi, bikaba bigaragazwa n’ibimenyetso bikurikira:

L’ALLEMAGNE DEVRAIT REFUSER D’ETRE ENTRAINEE DANS DES OPERATIONS MACHIAVELIQUES DU REGIME TOTALITAIRE DU PRESIDENT PAUL KAGAME

Après avoir changé à plusieurs reprises les noms des circonscriptions administratives pour brouiller les cartes et les lieux des crimes du FPR, la dictature du général Paul Kagame continue inlassablement à liquider ou anéantir toute personne susceptible de détenir les éléments de vérité capables d’éclairer le monde et l’histoire sur le drame rwandais durant la guerre du FPR entre 1990 et 2002.

LES FDU-INKINGI CONDAMNENT LES RAPATRIATIONS FORCÉES ET AUTRES ARRESTATIONS DES RWANDAIS POUR DES MOTIFS POLITIQUES.

De sources proches du dossier, nous apprenons que les Pays-Bas s’apprêtent, après une procédure marquée par de grosses manœuvres politiciennes, à rapatrier deux rwandais  réclamés par le régime dictatorial et autoritaire de Kigali , en l’occurrence Messieurs Jean Baptiste Mugimba et Jean Claude Iyamuremye.

Les informations recueillies auprès des sources proches du dossier signalent en effet d’inquiétantes  irrégularités,  confirmées par une lettre ouverte qu’un des accusés,  monsieur Mugimba, a adressée au Ministre de la sécurité et de la justice du Royaume des Pays-Bas, Mr Gérard Adriaan  van der Steur. Il y est entre autres signalé des enquêtes et contre-enquêtes orientées,  qui ressemblent plus à des études commandées selon un cahier de charges déterminé, plutôt qu’à de véritables enquêtes indépendantes. On y lit en effet que des enquêtes ayant conduit, en première recherche, à l’innocence de l’accusé ont été cachées, et que de nouvelles enquêtes ont été commanditées, avec une insistance suspecte, jusqu’à l’obtention de ce qui est appelé dans les échanges de courriers des autorités hollandaises, comme des “résultats libérateurs”.

RWANDA : LES PAUVRES FONT TOUJOURS LES FRAIS DE MAUVAISES POLITIQUES GOUVERNEMENTALES

COMMUNIQUE DE PRESSE N° 013/2016

 

Dans son budget 2016 – 2017, le gouvernement rwandais a décidé d’appliquer des mesures protectionnistes sur l’industrie du textile en haussant de façon drastique les taxes sur les vêtements et les chaussures de seconde main importés. La taxe sur ces vêtements a haussé de 1150%, passant de 0.2 USD à 2.5 USD par kilogramme, tandis que celle sur ces chaussures a augmenté de 900%, passant de 0.5 USD à 5 USD. Par ailleurs, selon les autorités rwandaises, ces mesures ne constituent qu’une étape vers l’interdiction totale, d’ici trois ans, de l’importation de ces biens pourtant considérés comme de première nécessité jusqu’ici accessibles à la classe moyenne de la population rwandaise.

La Plateforme P5 des partis et organisations politiques Amahoro PC, FDU – Inkingi, PDP – Imanzi, PS – Imberakuri et Congrès National Rwandais (RNC)  dénonce fortement ces mesures parce que, non seulement elles sont néfastes pour le bien-être de la population rwandaise moins nantie, mais aussi elles sont adoptées dans l’un des pires contextes économiques du pays.