RWANDA: THEOPHILE NTIRUTWA RECOUVRE SA LIBERTE APRES DEUX JOURS DE TORTURE.

Enlevé dimanche le 18 septembre 2016 vers 21h00, heure locale, Théophile Ntirutwa, responsable local des FDU-Inkingi dans la ville de Kigali a fait sa réapparition hier le 20 septembre 2016 vers 23h00.

D’après son témoignage, il a été enlevé par des militaires  alors qu’il rentrait chez lui à moto ; Il a été forcé à rentrer dans leur véhicule. Après l’avoir ligoté, menotté et bandé les yeux, ces militaires l’ont conduit dans un endroit qu’il n’a pas pu formellement identifier puisque sa tête était couverte. Mais qu’il pense être le camp Kami, vu le temps mis pour y arriver et quelques indices qu’il a pu relever pendant des brefs moments où le bandeau était retiré de ses yeux.

 

 

 

<- Théophile Ntirutwa avant son arrestation                              Après son relâchement ->

A son arrivée à son lieu de détention, il a dû être soigné à plusieurs reprises, probablement pour masquer les preuves de torture qu’il avait subie. Il a  en effet reçu à plusieurs reprises des coups de pieds, des gifles, ainsi que des coups de crosse de pistolet. Pendant sa captivité, M. Ntirutwa Théophile a continué à subir un interrogatoire musclé accompagné de torture sur les mains, des coups dans les flancs et sur la tête comme en témoignent ses photos, avant et après son enlèvement. Suite à l’intrusion par ces interrogateurs dans son téléphone portable, des questions lui ont été posées tout au long de son interrogatoire sur : l’organisation du parti FDU-Inkingi, le nombre de ses adhérents, le nom et les adresses de ses correspondants de l’intérieur et de l’extérieur du Rwanda ainsi que sur des prétendus contacts avec le Général Kayumba Nyamwasa, premier vice-coordinateur du RNC.

Avant d’être conduit à son lieu de largage au Mont Rebero, il lui a été demandé de quitter les FDU-Inkingi en échange d’un traitement de faveur.

 

 

 

 

Théophile Ntirutwa après son relâchement

Les FDU-Inkingi louent le courage exceptionnel de son responsable qui a refusé de céder à ces chantages et remercient toutes les personnes physiques et morales, qui se sont mobilisées pour lui et ont permis de le retrouver vivant.

Il devient évident que cet enlèvement s’inscrit dans une campagne générale d’intimidation des membres de l’opposition en général et des FDU-Inkingi en particulier. En effet, cet enlèvement intervient quelques jours seulement après l’arrestation de Mlle Gasengayire Léonille, trésorière adjointe des FDU-Inkingi ainsi que de l’assassinat de Mme Iragena Illuminée responsable d’une ONG locale qui s’occupait des démunis de Kigali.

Par ailleurs, M. Jean Marie Vianney Kayumba, le porte-parole du parti d’opposition PDP Imanzi a été arrêté par la police rwandaise en date du 18 septembre 2016, pour des raisons inconnues mais qui semblent s’inscrire dans cette même campagne d’intimidation des membres de l’opposition.

Les FDU-Inkingi condamnent ces actes indignes et demandent au gouvernement rwandais d’y mettre fin, car, aucun acte d’intimidation ne pourra mettre fin à l’aspiration profonde du peuple rwandais à la paix et à la démocratie pluraliste.

Les FDU-Inkingi demandent également à la communauté internationale et aux pays qui soutiennent le pouvoir rwandais de faire pression sur lui afin qu’il libère l’espace politique et permette aux citoyens rwandais d’exercer leurs droits constitutionnels d’association et d’expression, qui sera le seul moyen d’aboutir à une paix durable dans notre pays.

Fait à Paris, le 21 septembre 2016

Pour les FDU-Inkingi

Dr Emmanuel Mwiseneza

Deuxième Secrétaire général

Contact : emwiseneza@hotmail.com

 PDF : RWANDA THEOPHILE NTIRUTWA RECOUVRE SA LIBERTE APRES DEUX JOURS DE TORTURE