RWANDA : LE REGIME DU FPR RATTRAPE PAR SES PROPRES ERREURS : NGABOYAMAHINA FRANCOIS VICTIME DES SEVICES ELECTORAUX.

Les Forces Démocratiques Unifiées (FDU INKINGI), parti politique d’opposition au régime du Front Patriotique Rwandais (FPR) au pouvoir au Rwanda, dénoncent avec véhémence les violences graves que continue d’exercer le régime du FPR sur les citoyens rwandais.

Les FDU Inkingi ont lancé le 29 mai 2017 un communiqué mettant en garde le parti Etat FPR de spolier les Rwandais en ordonnant à tous les salariés aussi bien du secteur public que privé, de lui verser 50% de leur salaire pour soutenir la candidature de Paul Kagame, président du parti FPR et président de la République, au simulacre d’élection présidentielle qui sera organisée le 4 août 2017.

De sources bien informées, les FDU Inkingi apprennent aujourd’hui encore que les services de renseignement  intérieur  s’en prennent à un certain Ngaboyamahina François, enseignant à l’école primaire de Gasovu, village Gasovu, cellule Kanyana, secteur Rugendabari, district de Muhanga en province du Sud, pour s’être confié à des amis en leur disant que lors de la prochaine élection présidentielle, il ne donnera pas sa voix à Paul Kagame.

Ayant entendu cela, l’un de ses amis a accouru alerter un responsable du service intérieur de renseignement (NISS), Monsieur Gasana Alfred, qui a directement réagi en téléphonant la police de Rugendabari, pour lui demander de procéder à l’arrestation immédiate de Monsieur Ngaboyamahina. Monsieur Gasana a donné des directives précises à la police,  en lui disant : « Aussitôt que vous l’aurez arrêté, vous lui ferez part de son état d’arrestation et de la raison pour laquelle vous l’arrêtez, ensuite vous lui demanderez la suite qui doit lui être réservée ». La police s’est rapidement exécutée pour arrêter Monsieur Ngaboyamahina et lui a posé la question-clé, comme le lui avait recommandé le responsable des renseignements.

Par chance, profitant d’une petite distraction des policiers, Monsieur Ngaboyamahina  François a pu s’esquiver et s’échapper de leurs mains. Il est aujourd’hui activement recherché par la police et par les services de renseignements depuis bientôt deux mois comme s’il était un criminel.

Et pourtant, la Constitution de la République du Rwanda dispose en son article 8 alinéa 3 : « Tous les citoyens rwandais des deux sexes qui remplissent les conditions légales, ont le droit de voter et d’être élus ». Mieux encore, aux termes de l’article 9 : « L’Etat rwandais s’engage à se conformer aux principes fondamentaux suivants et à les faire respecter : 4° L’édification d’un Etat de droit et du régime démocratique pluraliste, l’égalité de tous les rwandais…… »

Dès lors, il est clair que Monsieur Ngaboyamahina n’a commis aucune infraction pour être ainsi malmené. Bien au contraire, Monsieur Gasana Alfred et les policiers concernés de la station de police de Rugendabari devraient plutôt être poursuivis par la justice pour violation de la Constitution rwandaise.

Le comportement des services de sécurité démontre encore une fois que le régime rwandais est et bel et bien un parti état et qu’il est donc inutile pour un parti d’opposition de participer aux élections présidentielles prévues en aout prochain. Il y a lieu aussi de rappeler que la Commission électorale vient d’annoncer qu’elle va censurer les affiches publicitaires des candidats de l’opposition.

Les FDU Inkingi sont profondément indignées du comportement irresponsable de ceux qui se disent responsables de la sécurité, qui ont normalement pour mission de protéger les citoyens, mais au lieu de cela, ils deviennent la cause de leur insécurité.

Les FDU Inkingi appellent encore une fois le Président Paul Kagame et toute son équipe du FPR à libérer tous les prisonniers politiques et à libéraliser l’espace politique pour tous les citoyens rwandais.

Fait à Londres, le 31 mai 2017

Pour les FDU INKINGI

Justin Bahunga

Commissaire aux Relations Extérieures et Porte-Parole

Contact : infocomrelext@fdu-rwanda.com 

Press- release.NGABOYAMAHINA-FRA