RWANDA-LE PROCES DE MADAME INGABIRE UMUHOZA VICTOIRE DEVANT LA COUR AFRICAINE DES DROITS DE L’HOMME ET DES PEUPLES : UN CASSE-TETE POUR LE GOUVERNEMENT DE KIGALI.

Madame INGABIRE UMUHOZA Victoire, présidente des FDU INKINGI, parti d’opposition au pouvoir en place au Rwanda, détenue en prison de Kigali, doit comparaître le 4 mars 2016 devant la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, sise à Arusha en Tanzanie, mais l’ETAT RWANDAIS, partie au procès, met des entraves à la préparation du procès par toutes sortes de brutalités et d’humiliations à l’égard de sa personne.

Depuis vendredi 5 février 2016, la direction de la prison a une fois de plus entravé l’accès du Maître GATERA  à sa cliente pour la préparation du procès.

Nous rappellerons que depuis vendredi le 29 Janvier 2016, la direction de la prison limite les visites autorisées de Madame INGABIRE en les réduisant de 5 personnes à une seule par semaine ; limitation appliquée à elle uniquement.

Le 30 novembre 2015, Me GATERA, son avocat, avait sollicité le Bâtonnier du Barreau de Kigali, pour qu’il intervienne auprès du gouvernement rwandais pour faire cesser toutes les brutalités et humiliations infligées à sa cliente. De l’avis de Me GATERA, les malversations allant de la fouille de l’avocat à la lecture de ses notes sont une violation intolérable des principes et règles internationales protégeant la profession d’avocat.

Mais en plus du premier refus de la visite de Maître GASHABANA, les proches avaient dénoncé la détérioration des conditions de détention de la Présidente des FDU-INKINGI Mme Victoire INGABIRE, allant jusqu’à peindre complètement les fenêtres pour empêcher tout rayon de lumière de pénétrer dans sa cellule de détention ce qui, à la longue, conduirait à la cécité ;

Alors que pour des raisons médicales, sa ration alimentaire vient de l’extérieur, la direction de la prison a entrepris de fouiller systématiquement la nourriture apportée par les proches de Madame Victoire INGABIRE. C’est ainsi que, prétextant de vérifier qu’il n’y a dans les provisions ni armes ni autres produits prohibés, la direction de la prison a systématiquement chambardé la provision en vivres apportée à Madame INGABIRE, visiblement pour l’humilier et lui casser le moral puisque la nourriture était dans un état tel que Mme INGABIRE ne pouvait plus la manger ;

Le paroxysme de la persécution est, aujourd’hui, le refus catégorique de tout contact entre Mme Victoire INGABIRE UMUHOZA et son avocat.

Les FDU INKINGI lancent un cri d’alarme aux pays amis du Rwanda et aux organisations de droits de l’homme pour :

-          Rappeler le caractère inaliénable et sacré du droit à un procès équitable ;

-          Rappeler au Gouvernement rwandais ses obligations en matière de traitement des prisonniers ;

-          Dénoncer les violations que subit Mme Victoire INGABIRE ;

-          Rappeler au Gouvernement rwandais son devoir d’acheminer la plaignante devant ses juges à Arusha dans les meilleures conditions possibles ;

-          Rappeler au Gouvernement rwandais le caractère intransgressible du droit de Mme INGABIRE à rencontrer et collaborer avec son équipe de défense ;

-          Soutenir notre appel à la Commission de l’Union Africaine de tenir compte des entraves que le Gouvernement rwandais inflige au processus judiciaire.

Fait à Londres, le 09 février 2016

FDU INKINGI

Justin Bahunga

Commissaire aux Relations Extérieures et Porte-parole

jbahunga@yahoo.co.uk

VIU-CADH.Tracasseries