RWANDA : Commémoration du 60 ème anniversaire du Référendum KAMARAMPAKA

Rwandaises, Rwandais,

 

Le 25 septembre 1959 est une date inoubliable dans l’histoire du Rwanda moderne.

Il y a 60 ans le destin de tout un peuple basculait. En cette heureuse date du 25 septembre 1961, l’Organisation des Nations Unies confirmait la volonté du  peuple rwandais qui s’était exprimé en date du 28 janvier 1961, lorsque leurs représentants réunis à Gitarama avaient proclamé la République et aboli la monarchie. La proclamation de la République signifiait beaucoup pour le menu peuple, qui désormais retrouvait le droit de désigner ses dirigeants et n’allait plus être dirigé par des personnes qui revendiquaient ce droit par la naissance. Comme les tenants de la monarchie avaient porté l’affaire devant les Nations Unies, en arguant que le renversement du régime féodal n’émanait pas de la volonté du peuple mais était imposé par l’autorité de tutelle, à savoir la Belgique, ce Référendum fut organisé par les Nations-Unies pour départager les tenants de la monarchie et ceux de la République. La victoire fut écrasante pour les parties qui soutenaient la République et cela fut confirmé officiellement en cette date unique.

Rappelons toutefois que les élections communales de juin 1960 avaient eu lieu conformément au Décret Royal du 25 décembre 1959 annoncé par le Roi Baudouin de Belgique , qui était alors l’autorité de tutelle du Rwanda !

Des partis politiques avaient tenus des  meetings politiques et avaient dressé les listes de leurs candidats dans les différents territoires. Une fois élus, les conseillers communaux se sont réunis et ont procédé à l’éléction des chefs de communes. Quatre partis politiques à savoir Parmehutu, Aprosoma, Rader et Unar avaient participé aux élections communales. Ils avaient présenté chacun son programme politique auprès des électeurs à travers des communiqués de presse et un calendrier avait été établi pour des élections législatives. Ces élections se dérouleront finalement le 25 septembre 1961, en même temps que le Référendum. Une double question fut posée aux électeurs: Voulez-vous que le Rwanda reste une Monarchie? Et si vous voulez qu’il reste une monarchie, voulez-vous Kigeri V Ndahindurwa comme Mwami? Le Référendum rejeta massivement (79.8% des voix) la monarchie et la personne même du Mwami Kigeri V Ndahindurwa.

Les élections législatives quant à elles donnèrent au parti Parmehutu 35 sièges sur 44, à l’Unar 7 sièges, à l’Aprosoma 1 siège et au Rader 1 siège.

Ainsi, c’est  ce Kamarampaka du 25 septembre 1961 supervisé par l’ONU avec la participation de tous les acteurs politiques nationaux qui confirma définitivement la naissance de la REPUBLIQUE que nous célébrons aujourd’hui.

Les FDU INKINGI expriment une pensée particulière pour les leaders de la démocratie qui se sont démenés jour et nuit, sans compter les efforts et en toute privation, pour fonder une démocratie basée sur les fondamentaux de pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple.

Certes, durant ces 60 ans, l’idéal républicain a été mis à rude épreuve:

Après le Référendum Kamarampaka , parmi les partis qui avaient participé aux élections législatives et référendaires, seul l’UNAR n’a pas reconnu  les résultats d’une élection pourtant supervisée par les Nations unies à sa demande. Il appela ainsi ses partisans à des actions de sabotage et au depart en exil.

Parallèlement à ces appels de l’UNAR, des heurts et des tueries éclatèrent entre les tenants de la République et d’autres accusés de soutenir la monarchie, forçant certains au depart en exil alors que d’autres perdaient leurs vies.

La jeune République se dotait comme mission de poursuivre la pacification du pays et faire progresser l’unité, l’harmonie et la démocratie.

Très tôt cependant certains réfugiés partis dans les pays limitrophes du Rwanda, sous la houlette du partie monarchiste UNAR formaient un groupe terroriste qui s’appela lui-même INYENZI, sigle voulant dire INgangurarugo YEmeye kuba ingeNZI, en référence à une milice royale. Ce groupe commença les attaques contre le territoire rwandais et les poursuivit de 1963 à 1968.

Rwanda. La jeune République fut donc marquée par ces attaques et les persécutions qui s’en suivirent dirigées notamment contre la population tutsie restée à l’intérieur du Rwanda.

Le coup d’Etat militaire du 05 juillet 1973 donna un coup de sémonce à l’idéal démocratique qui était une des aspirations majeures de la République. Les assassinats politiques qui  accompagnèrent ce coup d’Etat creusèrent un fossé entre régions du Nord et du Sud du pays et continuèrent à hanter toute la vie de la Deuxième République.

L’année 1990 marque le début de la guerre initiée par les enfants des réfugiés de 1959-1963, dont une grande partie  faisait partie de l’amée ougandaise et qui se sont organisés en Front Patriotique Rwandais. La guerre initiée par le FPR, annihila tous les espoirs de démocratisation pourtant espérée après la conférence de La Baule en juin 1990, lorsque les dirigeants africains dont Habyarimùana s’étaient engagés à entamer des réformes démocratiques dans leurs pays respectifs. L’espoir de trouver une solution pacifique à la question des réfugiés rwandais s’estompa aussi avec cette attaque. Cependant la République résista tant bien que mal et parvint même à l’ouverture de l’espace démocratique pendant le guerre. La République parvint aussi à signer des Accords de Paix d’Arusha avec le FPR le 04 août 1993. Tout Espoir de paix s’évapora avec l’assassinat le 06 avril 1994 du président rwandais Juvénal Habyarimana lors d’un attentat terroriste contre son avion.

Depuis certte date, le Rwanda a sombré dans les génocides et autres crimes contre la paix et contre les droits de l’homme et le FPR qui  s’est érigé en parti-Etat depuis sa Victoire militaire du 04 juillet 1994, a replongé le pays dans la situation comme celle qui prévalait à la  veille de la Révolution de 1959 et du Référendum Kamarampaka de 1961 avec un lot d’exactions et d’injustices: assassinats, meurtres, emprisonnements arbitraires, spoliation, dépossessions de ses biens, terreur, clientélisme, paupérisation,…

Ce sont des faits contraires à la volonté des fondateurs de la démocratie et de la République. Raison pour laquelle les FDU Inkingi demandent à tout un chacun de penser à tous ces leaders qui se sont battus pour les droits d’une véritable République et de s’engager pour faire plier la dictature du FPR et ainsi honorer les Pères fondateurs de la République rwandaise en rendant leurs dignité et honneur à la population rwandaise réconciliée.

Les FDU Inkingi s’inscrivent dans l’édification de la REPUBLIQUE et s’efforceront de rebâtir une République basée sur des valeurs de paix et d’unité, de démocratie, de liberté et d’égalité.

Les FDU souhaitent à toutes et à tous, une bonne commémoration de Kamarampaka pour faire perdurer l’idéal républicain et démocratique.

Fait à Paris, le 24 Septembre 2021

Dr Emmanuel Mwiseneza, Vice-Président

60ème anniversaire_de_Kamarampaka_final