LES FDU-INKINGI S’INSURGENT CONTRE LES VIOLENCES PERMANENTES DU FPR ENVERS LES INVESTISSEURS RWANDAIS : « MIRONKO PLASTICS INDUSTRIES » DANS L’OEIL DU CYCLONE.

COMMUNIQUE DE PRESSE (PDF)

 La goutte qui fait déborder le vase est l’arrestation et la mise en garde à vue de Jean-Pierre Mironko, fils de l’industriel François-Xavier Mironko, propriétaire de l’entreprise MIRONKO PLASTIC INDUSTRIES, pour avoir prétendument volé du courant électrique de REG (Rwanda Energy Group). Les FDU-Inkingi s’insurgent contre les agissements terroristes du FPR qui ne font que se multiplier de plus en plus, plus particulièrement contre les investisseurs rwandais. Nous pouvons rappeler, entre autres, les cas de : Assinapol Rwigara, Vénuste Rwabukamba, Tribert Rujugiro, Félicien Kabuga, Bertin Makuza, dépouillés de leurs biens au profit du FPR.

 

Le fournisseur d’électricité REG a annoncé sur Twitter que l’usine Mironko de Kigali volait de l’électricité et a illustré le vol par des images de connexions à l’appui. L’usine en question est située dans le district de Kicukiro, secteur Gikondo, cellule Kanserege, village Marembo I.

Selon le journal « The Chronicles » du 26 juin 2020, cette usine ne fonctionnait pas depuis un certain temps. REG se faisant accompagner des services de sécurité, s’est rendu sur place pour constater le vol dans cette usine depuis longtemps fermée. Interpellé, le fils de l’industriel reconnaît ne pas être au courant de ce fait. Cela n’empêche pas son arrestation et sa mise en garde à vue par les services de sécurité.

Le père intervient pour demander sa libération mais REG lui demande de verser 10 millions de FRW pour clôturer ce dossier. Il y a lieu de se poser des questions sur la base de fixation de ce montant. Existe-t-il une législation qui fixe un montant forfaitaire en pareilles circonstances ? Ne pourrait-on pas soupçonner les agents REB d’avoir organisé ce montage puisque des témoins les avaient vus s’introduire dans l’usine et prendre des photos en l’absence du propriétaire ?

Face à la situation, Monsieur Mironko François Xavier se précipite pour aller chercher la somme exigée. Après le versement, le Parquet refuse de libérer son fils car, explique-t-il, le dossier vient d’être transmis au Tribunal.

Dans l’entre-temps, les harcèlements s’intensifient contre son fils en garde à vue, car on ne cesse de lui dire « Nous vous montrerons!». Mironko François-Xavier, de son côté, reçoit des menaces téléphoniques pour l’intimider. Ce qui se cache derrière, l’histoire nous l’apprendra.

 

Le combat est engagé contre Mironko François-Xavier et, si rien n’est fait pour arrêter ce terrorisme du Parti-Etat, il y aura encore d’autres entrepreneurs victimes qui se sont tus comme lui.

 

Fait à Rouen, ce 29 juin 2020

 

Pour FDU-INKINGI

 

Théophile Mpozembizi

Commissaire des FDU-Inkingi chargé de l’Information et de la Communication

infocominfo@fdu-rwanda.com; info@fdu-rwanda.com