RWANDA: Mlle GASENGAYIRE, TRESORIERE ADJOINTE des FDU-INKINGI BRUTALISEE DANS LES LOCAUX DU CID AVANT D’ETRE RELACHEE.

Ce mardi 29 mars 2016, mademoiselle Gasengayire Léonie, est sortie de la station de police de Kimironko, après 3 jours de séquestration et de violence physique. Lors de son arrestation samedi le 26 mars 2016, la police lui avait signifié qu’elle était sous mandat d’arrêt sous l’article 463 du code pénal relatif à la « provocation du soulèvement ou des troubles de la population ». Il lui était reprochée entre autres d’avoir lu et amené à la prison le livre écrit par madame Victoire Ingabire, qui est, pour rappel, en vente libre dans les librairies, y compris à Kigali et dont l’auteur n’a fait l’objet d’aucune poursuite.

Interrogé tout le weekend d’abord aux locaux du CID de Remera puis à la station de police de Kimironko, sans assistance d’un avocat comme le prévoit la loi et menottes aux poings, mademoiselle Léonie Gasengayire a refusé de signer un pseudo PV d’audition, malgré les coups qu’elle recevait de la part des policiers verbalisant, sous les ordres de l’AIP Michel Mbanzabugabo. Les nombreuses questions des policiers portaient aussi bien sur ses activités au sein du parti que sur sa vie privée.

Lors de sa libération ce 29 mars 2016, les policiers ont confisqué le mandat d’arrêt qui lui avait été donné samedi, lorsqu’elle avait refusé de monter à bord de la voiture de la police, craignant pour sa vie. La décision de confisquer le mandat d’arrêt, seule pièce du dossier, vise sans doute à effacer toute trace visible qui pourrait compromettre et trahir le régime. En effet, le dossier est totalement vide de toute charge crédible.

A deux reprises, les cadres du parti avaient été au CID pour signaler la disparition de mademoiselle Léonie, et à chaque fois le CID avait déclaré ne pas savoir où elle se trouvait, alors qu’elle faisait l’objet d’un mandat d’arrêt émis par leurs services. Ils avaient poussé le cynisme jusqu’à demander que le parti écrive officiellement une note expliquant les circonstances de la disparition de mademoiselle Léonie. Au matin même du jour de sa libération, le CID de Nyarugenge avait déclaré ignorer où Mademoiselle Léonie se trouvait. Les policiers n’ont même pas hésité à exhorter avec force mademoiselle Léonie à abandonner toute activité politique au sein du FDU-Inkingi et à rejoindre le FPR, alors que la Police devrait garder une neutralité politique.  Dans un état de droit, de tels actes n’ont plus leur place.

Il sied de rappeler que mademoiselle Léonie a déjà fait 2 ans de prison pour avoir été présente a une réunion d’amis ou les participants avaient critiqué la politique d‘éducation au Rwanda. Sylvain Sibomana, secrétaire général du parti, qui était présent aussi a été condamné à une peine de 8 ans.

Les FDU INKINGI dénoncent avec force, ces actes de harcèlement et intimidation contre ses membres. Elles appellent une fois encore les autorités rwandaises à respecter les droits civiques et politiques garanties par les conventions internationales. C’est en substance ce que lui a demandé la dernière réunion de Genève sur la Revue Périodique Universelle (UPU), consacrée à ce sujet.

Londres 30 Mars 2016

Justin Bahunga

Commissaire chargé des Relations extérieures aux FDU-Inkingi et Porte-parole des FDU-Inkingi.

jbahunga@yahoo.co.uk

Libération-Gasengayire.fr