Category Archives: DERNIERES INFOS

RWANDA: LE TROISIEME CONGRES DES FDU-INKINGI TENU A ORLEANS EN FRANCE

Du 3 au 4 septembre 2016, les FDU-Inkingi ont tenu leur troisième congrès ordinaire.

Après le mot de bienvenue de M. Emmanuel Dukuzemungu, représentant le Comité Politique Local (CPL) d’Orléans qui a accueilli ce congrès, une minute de silence a été observée pour les camarades de lutte incarcérés au Rwanda à cause de leur combat politique, parmi lesquels notre Présidente Mme Victoire Ingabire Umuhoza et notre premier secrétaire général M. Sylvain Sibomana. Une minute de silence a été ensuite observée pour notre collègue Stanis Niyibizi, Président du CPL Hollande, qui nous a quitté ainsi que pour Mme Illuminée Iragena succombée aux tortures des services secrets du Front Patriotique Rwandais (FPR) le 30 août 2016.

RWANDA: MADAME IRAGENA ILLUMINEE SUCCOMBEE AUX TORTURES DES AGENTS DE SERVICES SECRETS RWANDAIS

Nous venons d’apprendre de la famille de madame IRAGENA Illuminée, enlevée le matin du 26 mars 2016 sur le chemin de son travail à l’hôpital Roi Fayçal de Kacyiru à Kigali, qu’elle aurait succombé aux tortures lui infligées par les agents des services secrets de sécurité rwandais.

Madame Iragena Illuminée était réputée pour son dévouement à la cause des plus démunis de la société. Elle était responsable d’une ONG locale, ABIRU, qui s’occupe de la scolarisation des enfants issus de familles à revenus très modestes de Kigali. Elle était mère de trois enfants mineurs ; son mari a dû s’enfuir après l’enlèvement de son épouse pour éviter d’être arrêté ou enlevé.

POLITIQUE AGRICOLE 1995-2016 AU RWANDA: CONTRASTE ENTRE LES BELLES STATISTIQUES DE PRODUCTIONS AGRICOLES ET LES FAMINES CHRONIQUES

POLITIQUE AGRICOLE 1995-2016 AU RWANDA:

CONTRASTE ENTRE LES BELLES STATISTIQUES DE PRODUCTIONS AGRICOLES

ET LES FAMINES CHRONIQUES.

 

Ndereyehe Charles[1]

 1.    Introduction

Le 24 février 2016, je publiai un article[i] en Kinyarwanda qui analysait les récentes publications[ii] parues sur l’agriculture au Rwanda. Comme dans les analyses antérieures [iii] - [iv], je soulignais encore que la politique économique du gouvernement rwandais, dominé par le FPR (Front Patriotique Rwandais), avait amené l’agriculture rwandaise dans l’impasse[v].

Beaucoup de journaux locaux continuent à publier dans le même sens, en mettant en exergue le contraste entre les statistiques luisantes d’augmentation des productions agricoles et les famines chroniques sévissant dans tous les coins du pays[vi].

Deux articles m’ont particulièrement impressionné. Le 1er, en anglais, du chercheur Dr. Neil Dawson, fait ressortir que la politique agricole du Rwanda a un effet néfaste pour les plus pauvres. Le 2ème,  du 16/02/2016 et en Kinyarwanda, concerne la déclaration du Ministre de l’agriculture et de l’élevage, Mme Dr G. Mukeshimana, qui affirme que  les problèmes de l’agriculture rwandaise sont liés à la régression de la recherche agricole[vii].

Ces deux personnalités montrent que les belles statistiques du gouvernement ne représentent pas les faits réels de terrain où l’autosuffisance alimentaire serait un acquis pour un grand nombre de Rwandais. Il est en effet de notoriété publique que les statistiques officielles sont souvent manipulées[viii], pour montrer une autre image[ix] de l’agriculture et du développement économique au Rwanda, qui seraient sur la voie d’assurer l’autosuffisance alimentaire. Pourtant tous les indicateurs économiques clignotent rouge[x], montrant la pauvreté et  la famine !

En effet, selon le Rapport Mondial 2013 sur le Développement Humain, le Rwanda a un indice de Gini de 0,53 , qui le place parmi les pays les plus inégalitaires au monde. Les 10% les plus riches accaparent 40% des revenus, tandis que les 10% les plus pauvres se contentent d’à peine 3,5% des revenus. En réalité 82% de la population vit avec moins de 2$ USD par jour, la population en-dessous du seuil de pauvreté (celle qui vit avec moins de 1,25 $/j) est de 63,2% au lieu de 44,9% avancé par les chiffres officiels. La population qui croupit dans une pauvreté multidimensionnelle est estimée à 69% par ce même Rapport [xi] .

La presse locale [xii]§§ montrent des réalités économiques caractérisant la pauvreté, chiffres et images à l’appui, au moment où les officiels ont de la peine à accepter cette misère rwandaise qu’ils veulent cacher à l’opinion internationale. L’alibi malheureux, constitué par les infrastructures poussant comme des champignons dans “la très propre ville de Kigali”, cache ce terrible mal rongeant le petit peuple, décrit ainsi par Ansoms (2009): “Tout comme ailleurs, l’élaboration des politiques est une affaire contrôlée par les élites au Rwanda. La majorité des petits producteurs pauvres a sans aucun doute peu d’influence sur la situation politique. Les responsables de formulation des politiques ont peu de liens institutionnels ou personnels avec les questions de développement rural, et sont nombreux à avoir une attitude condescendante, voire méprisante, envers les petits producteurs pauvres pratiquant des formes «traditionnelles » d’agriculture ” [xiii] .

RWANDA: CINQUANTE QUATRE ANS APRES, LES RWANDAIS SONT EN DEUIL DE LEUR INDEPENDANCE

Il y a 54 ans, les rwandais étaient fiers de hisser leur drapeau pour proclamer leur indépendance de la tutelle Belge, après la reconnaissance du Rwanda par des Nations unies comme une Nation indépendante le 1ier Juillet 1962. A l’unisson, ils ont chanté leur hymne national et rendu hommage aux pionniers de la république et de l’indépendance, et en appelant les rwandais de toutes ethnies  de vivre ensemble dans la liberté, la démocratie, la paix et l’harmonie.  Le 1er janvier 2002, le régime du FPR décida de changer l’hymne national . Sous toile de fonds, il enleva tout ce qui a trait à la République et aux ethnies composantes du Rwanda, mais continua à donner un vibrant hommage à ceux qui se sont battus contre le « joug colonialo-impérialiste ».

RWANDA : PROGRAMME POLITIQUE DE LA PLATEFORME

 PROGRAMME POLITIQUE DE LA PLATEFORME

1. QUI SOMMES – NOUS ?

La Plateforme P5 est une coalition des organisations politiques AMAHORO-PC, FDU – INKINGI, PDP – IMANZI, PS – IMBERAKURI ET RWANDA NATIONAL CONGRESS (RNC); la Plateforme est ouverte aux autres organisations politiques qui adhèrent à sa vision et ses valeurs.

La Plateforme P5 est une large coalition de partenaires clés de la société Rwandaise. Les membres sont issus de tous les groupes ethniques (Hutu, Tutsi et Twa) et de toutes les régions du Rwanda, et ont un parcours historique diversifié. On y retrouve des personnes ayant été membres du FPR et des partis actifs au Rwanda depuis 1991, ainsi que de personnes n’ayant appartenu à aucun parti politique auparavant, des personnalités ayant appartenu aux structures du FPR sous Paul Kagame et au gouvernement de Juvénal Habyarimana, aux différents échelons jusqu’aux hautes sphères de l’administration et du gouvernement.

Lettre au Ministre de la Justice du Rwanda: Demande de libération de Madame Illuminée Iragena

A l’attention de Monsieur BUSINGYE Johnston
Ministre de la Justice du Rwanda
KIGALI

Objet : Demande de libération de Madame IRAGENA Illuminée, sous tortures dans le camp militaire de Kami –Banlieue de KIGALI
N/REF 01604001/CAJDH/0076

Monsieur le Ministre,

Les Forces Démocratiques Unifiées (FDU INKINGI), parti d’opposition au pouvoir en place, sont vivement préoccupées par les enlèvements et disparitions forcées des citoyens rwandais qui continuent à se perpétrer au Rwanda, et plus particulièrement vis-à-vis des membres  et sympathisants des FDU INKINGI.

En effet, Madame IRAGENA Illuminée, présidente de l’association ABIRU (association des Rwandais pour la promotion et le développement de la femme), porteuse de la carte nationale d’identité n°1197570007371075 délivrée à GASABO au Rwanda, sage-femme à l’hôpital du Roi Fayçal à Kigali, résidant à KINYINYA, secteur BIRUNGA en district de GASABO, a été enlevée et portée disparue le 26 mars 2016.

RWANDA: SOS : MADAME ILLUMINEE IRAGENA SERAIT DANS UN ETAT CRITIQUE DANS LE CAMP DE TORTURE DE KAMI

Selon de sources bien informées, Madame IRAGENA Illuminée portée disparue le 26 mars 2016 serait détenue dans le tristement célèbre camp militaire de Kami en banlieue de Kigali. Ce camp militaire est réputé pour sa cruauté au cours des interrogatoires pour extraire de faux témoignages. Des sources dignes de foi nous apprennent qu’elle aurait été torturée.

Il y a lieu de rappeler qu’Amnesty International a publié un rapport détaillé en 2012 dénonçant l’usage systématique de la torture au Rwanda par les services des renseignements militaires. La situation n’a point changé. Selon les témoignages d’anciens détenus, certaines méthodes comprennent le recours à l’utilisation de chocs électriques, en frappant les détenus ou par privation sensorielle, ainsi que par l’étouffement par un sac plastique sur la tête pour les forcer à parler.

RWANDA: AVRIL 2006 – AVRIL 2016 : DIXIEME ANNIVERSAIRE DES FDU-INKINGI

 

Rien n’est plus souple et plus faible au monde que l’eau.
Pourtant pour attaquer ce qui est dur et fort,
Rien ne la surpasse
Et personne ne pourrait l’égaler ”.

Lao-Tseu Laozi

Il y a 10 ans, les forces démocratiques rwandaises ont décidé de conjuguer leurs efforts pour forcer la dictature rwandaise à ouvrir l’espace politique et à laisser le peuple rwandais jouir de ses droits inaliénables. Leur détermination et ténacité à ne pas céder aux chantages et à la peur de payer l’ultime sacrifice sont incarnées par leur leader, Madame Victoire Ingabire Umuhoza, détenue dans la prison-mouroir de Kigali. Disciple de Sun Tzu et de Gandhi, Madame Victoire avec ses collaborateurs ont toujours lutté pour la non-violence et pour la construction d’une plateforme de l’opposition démocratique rwandaise pour offrir aux Rwandais un outil efficace de lutter contre la dictature qui les opprime. Les Forces Démocratiques Unies (FDU-Inkingi) sont nées officiellement le 26 Avril 2006. En ce jour nous rendons hommage à toutes les Rwandaises et à tous les Rwandais qui luttent pour leurs droits fondamentaux et inaliénables.

RWANDA: LES MEMBRES DE LA PLATEFORME REMERCIENT LE GOUVERNEMENT ZAMBIEN POUR AVOIR PRIS DES MESURES POUR ARRETER LA XENOPHOBIE CONTRE LES RWANDAIS

Les membres de la Plateforme remercient le Gouvernement Zambien pour avoir condamné la xénophobie contre les Rwandais et d’avoir pris des mesures nécessaires pour y mettre fin.

Durant ces violences qui ont eu lieu à Lusaka en Zambie depuis ce lundi 18 avril 2016, des centaines de personnes s’en sont pris aux maisons et magasins de ressortissants étrangers qu’ils ont pillés. Les étrangers et principalement rwandais seraient accusés « de crimes rituels ». Les ressortissants rwandais  notamment dans les quartiers de Misisi, Makeni South et Kanyama, townships de Lusaka ont été particulièrement visés. Ils sont victimes de rumeurs qui les tiendraient responsables de la mort récente « de sept personnes dont les corps ont été retrouvés amputés de leurs oreilles, leur cœur ou leur pénis ». Les membres de la plateforme condamnent les crimes dont ont été victimes les nationaux zambiens et expriment leurs condoléances les plus attristées aux membres de leurs familles.

RWANDA: LES MEMBRES DE LA PLATEFORME CONDAMNENT LA DIVERSION PERSITANTE DU GENERAL PAUL KAGAME POUR ENVAHIR LA RDC ET LE BURUNDI

COMMUNIQUE DE PRESSE n. 08.

Lors de la conférence de presse relative à la commémoration du génocide rwandais le 09 Avril 2016, le Président Paul Kagame a déclaré qu’il est impatient d’en découdre avec ceux qui se préparent à attaquer le Rwanda et ceux qui les soutiennent.  Mais plus d’un analyste pensent qu’il lui manque seulement un prétexte pour envahir de nouveau la RDC et le Burundi.  Le rapport des experts de l’ONU  sur le risque de la nouvelle implosion en Afrique Centrale est sans équivoque. C’est dans ce cadre que se placeraient les attaques simulées à Rubavu-Rwanda .

RWANDA: LES FDU INKINGI APPELLENT LES AUTORITES RWANDAISES A LIBERER MADAME ILLUMINEE IRAGENA

COMMUNIQUE DE PRESSE

 Depuis le 27 mars 2016, la famille de madame Illuminée Iragena est sans nouvelles de cette dernière. Enlevée sur le trajet entre son domicile et son lieu de travail, madame Iragena, titulaire de la carte d’identité numéro 1197570007371075, laisse 4 enfants en bas âge, seuls et sans soins, son mari étant absent pour cause de sécurité. Sa famille a adressé une lettre aux autorités policières, pour aviser de cette disparition, mais comme à l’accoutumée, ces dernières gardent un mutisme total.

RWANDA: Mlle GASENGAYIRE, TRESORIERE ADJOINTE des FDU-INKINGI BRUTALISEE DANS LES LOCAUX DU CID AVANT D’ETRE RELACHEE.

Ce mardi 29 mars 2016, mademoiselle Gasengayire Léonie, est sortie de la station de police de Kimironko, après 3 jours de séquestration et de violence physique. Lors de son arrestation samedi le 26 mars 2016, la police lui avait signifié qu’elle était sous mandat d’arrêt sous l’article 463 du code pénal relatif à la « provocation du soulèvement ou des troubles de la population ». Il lui était reprochée entre autres d’avoir lu et amené à la prison le livre écrit par madame Victoire Ingabire, qui est, pour rappel, en vente libre dans les librairies, y compris à Kigali et dont l’auteur n’a fait l’objet d’aucune poursuite.

RWANDA: Mlle GASENGAYIRE LEONILLE, TRÉSORIERE-ADJOINTE DES FDU-INKINGI ENLEVÉE PAR LA POLICE SECRÈTE AU RWANDA

Ce matin du 26 Mars 2016, Mlle Gahongayire Léonille, trésorière-adjointe du FDU-Inkingi a été séquestrée  par des hommes en civil qui l’attendaient à l’intérieur de la prison centrale de Kigali tristement célèbre « 1930″. Ils l’ont forcée à  monter dans une  voiture immatriculée nºRAA442M qui l’attendait à l’intérieur de la prison et l’ont amenée vers une destination inconnue.  La voiture ne pouvait pas être  entrée et stationnée à l’intérieur de la prison sans l’autorisation des autorités de la prison. Par conséquent, les autorités pénitentiaires ne peuvent qu’être complices de cet enlèvement.

Déclaration conjointe de la société civile sur la décision du Rwanda de retirer sa déclaration sous l’article 34(6) du Protocole de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples

La récente décision du gouvernement de la République du Rwanda de retirer sa déclaration sous l’article 34(6) du Protocole à la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples sur l’établissement de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (« le Protocole ») représente un recul important pour la protection des droits humains dans le pays et en Afrique.

Les membres de la société civile africaine et internationale portent un intérêt particulier à garantir un système africain effectif et indépendant promouvant et protégeant les droits humains et des peuples sur le continent. La capacité des individus et des organisations non-gouvernementales (ONGs) à soumettre des plaintes directement à la Cour Africaine – la principale instance judiciaire en matière de droits humains sur le continent – réduit de façon significative les obstacles pour les survivants et victimes de violations des droits humains dans leur quête de  justice et de réparation, et contribue de manière substantielle à permettre à la Cour de mener à bien son mandat crucial.

Liberté pour la prisonnière politique Victoire INGABIRE UMUHOZA [Pétition à signer ]

 

Bonjour cher ami !

J’ai lancé la pétition « Le Président rwandais Paul KAGAME: Liberté pour la prisonnière politique Victoire INGABIRE UMUHOZA » et j’ai besoin de votre aide pour la faire décoller.

Pourriez-vous prendre 30 secondes pour la signer?

Voici le lien: https://www.change.org/p/le-président-rwandais-paul-kagame-liberté-pour-la-prisonnière-politique-victoire-ingabire-umuhoza

Voilà pourquoi c’est important:

Madame Victoire INGABIRE UMUHOZA, leader de l’opposition, est rentrée au Rwanda en janvier 2010, pour faire enregistrer son parti politique et participer aux élections présidentielles contre le Général Paul KAGAME. Elle s’est directement vu jetée en prison. L’acharnement qu’elle a subi montre, très clairement, une intention de faire taire, et de la manière la plus brutale, une grande voix des sans-voix qui osent demander plus de justice et d’égalité des chances au Rwanda post-génocide.

Le seul crime qu’a commis Madame INGABIRE, à travers son discours au mémorial de Gisozi et le programme politique de son parti, est de demander un dialogue inter-rwandais inclusif en vue de plus de justice, seule condition de la réconciliation des rwandais. Le fait de proposer une alternative au système répressif en place, dans un pays où toute voix discordante est brutalement réprimée, a retenti comme une provocation dans l’esprit du Général Paul KAGAME.

Madame INGABIRE a dénoncé l’opacité persistante s’agissant de la chaîne de responsabilités ayant conduit au drame rwandais ainsi qu’un traitement discriminatoire entre les victimes du génocide et des massacres généralisés au Rwanda.

Cette quête de vérité et de justice soulèvera une levée de boucliers dans les milieux proches du pouvoir. C’est ainsi qu’en fin 2013 elle fut condamnée à 15 ans de prison ferme au terme d’un simulacre de procès. Ayant saisi la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples d’un recours en vue de faire invalider le procès politique subi, le Gouvernement rwandais, après avoir mis en œuvre une série de stratégies pour empêcher la requérante de se présenter devant ses juges à la Cour Africaine des Droits de l’Homme sise à Arusha en Tanzanie, a refusé de se présenter au procès le 04 mars 2016, préférant se retirer du Traité portant création de ladite Cour, alors qu’il y avait adhéré sans réserves.

Cette attitude du gouvernement Paul KAGAME a été unanimement interprétée comme un aveu du caractère exclusivement politique de la condamnation de l’opposante Victoire INGABIRE UMUHOZA.

C’est pourquoi je sollicite votre adhésion massive à cette pétition en vue d’amener le Gouvernement rwandais et le Président Paul KAGAME à libérer et réhabiliter immédiatement l’opposante Victoire INGABIRE UMUHOZA afin qu’elle continue sa mission de rassembler et réconcilier le peuple rwandais meurtri.

RWANDA: LE GOUVERNEMENT CHERCHE DESESPEREMENT A TORPILLER LA REQUETE DE MADAME VICTOIRE INGABIRE DEVANT LA COUR AFRICAINE DES DROITS DE L’HOMME ET DES PEUPLES

Après avoir fait obstruction à la préparation de son procès en refusant à Maître Gatera Gashabana de rencontrer sa cliente, après avoir refusé l’octroi de visa à l’avocate néerlandaise,  Maître Caroline Buisman  pour se rendre au Rwanda à temps  et rencontrer Mme Victoire Ingabire Umuhoza , le gouvernement rwandais a simplement boudé les audiences prévues ce 04 mars devant la Cour à Arusha.