Yearly Archives: 2017

Rwanda: Les FDU-Inkingi dénoncent la détention illégale, dégradante et inhumaine de son leadership au Rwanda

En effet, ce lundi 18 décembre 2017, les 8 hauts cadres des FDU-Inkingi, détenus depuis le 9 septembre par le régime du général Paul Kagame, comparaissaient devant le Tribunal de Grande Instance de Nyarugenge. Le procureur de la République demandait pour la 2ème fois une prolongation de détention, car à ce jour, soit 3mois après leurs arrestations, il ne dispose toujours pas de preuves tangibles pour les inculper. Cette demande intervient alors que le délai supplémentaire de détention provisoire a expiré depuis le 3 décembre. Dans un Etat de droits ces victimes auraient dû être libéréés immédiatement !

MEMORANDUM DE LA PLATEFORME POLITIQUE P5 SUR LA SITUATION DES DROITS DE L’HOMME AU RWANDA

Résumé

Par ce mémorandum, la PLATEFORME P5, coalition composée de 5 principales organisations politiques de l’opposition démocratique rwandaise : Amahoro PC, FDU – Inkingi ; PDP – Imanzi ; PS Imberakuri et Rwanda National Congress (RNC), tient à partager ses inquiétudes avec le Parlement Européen face à une situation explosive des droits de l’homme qui se développe chaque jour au Rwanda.

RWANDA: LES FDU-INKINGI DENONCENT LES MANŒUVRES DU FPR VISANT A FABRIQUER DES CRIMES CONTRE LE LEADERSHIP DU PARTI.

Nous apprenons de sources bien informées que le FPR sillonne le pays avec de faux membres des FDU-Inkingi en guise de guet-apens pour piéger d’innocents citoyens et chercher désespérément de fausses charges contre les leaders de notre parti. Comme si le supplice des 8 membres des FDU qui sont injustement en détention provisoire continuellement prolongée  ne suffisait pas.

Le jugement de la CADHP dans le procès Mme Victoire Ingabire vs Gouvernement rwandais

Fr. Judgment Appl.003-2014 Ingabire Victoire Umuhoza v Republic of Rwanda

LES FDU-INKINGI SE FELICITENT DU JUGEMENT DE LA COUR AFRICAINE DES DROITS DE L’HOMME ET DES PEUPLES SUR LE CAS DE Mme VICTOIRE INGABIRE UMUHOZA

COMMUNIQUE DE PRESSE

 Nous venons d’apprendre avec satisfaction, le jugement rendu par la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP), sise à Arusha(Tanzanie) dans le procès qui opposait la prisonnière politique, Mme Victoire Ingabire Umuhoza au gouvernement rwandais, dirigé par le FPR-Inkotanyi. La CADHP  a confirmé qu’il y avait eu beaucoup d’irrégularités dans ce procès.

RWANDA : LA SENTENCE DU PROCES DES LEADERS DES FDU-IKINGI EN APPEL POUR LA LIBERATION PROVISOIRE FUT PRONONCEE LOIN DES REPRESENTATIONS DIPLOMATIQUES, DES MEDIA ET DES OBSERVATEURS DE DROITS DE L’HOMME

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

A l’abris des yeux des représentations diplomatiques, des media et des observateurs de droits de l’homme, dans une salle vide, et en absence des accusés,  ce 24 Octobre 2017 le juge de la Cour d’appel a prononcé la sentence de maintenir en détention provisoire les 7 membres des FDU-Inkingi. Il s’agit du Premier Vice-Président Boniface Twagirimana avec ses collègues : Fabien Twagirayezu ; Gasengayire Léonille ; Gratien Nsabiyaremye ; Evode Mbarushimana ; Norbert Ufitamahoro ; Théophile Ntirutwa accompagné de Papias Ndayishimiye qui a confessé avoir chargé les autres sous l’effet de la torture. Ils sont tous accusés d’appartenir à un groupe armé  fictif dénommé P5. Le deuxième témoin à charge, dénommé Erneste Nkiko, recruté expressément par la DMI (service rwandais des renseignements militaires) fut libéré.

RWANDA: UN TEMOIN DE L’ACCUSATION CONTRE LES LEADERS DES FDU-INKINGI REVIENT SUR SES DECLARATIONS LUI EXTORQUEES SOUS LA TORTURE

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

C’est désormais devenu une tradition FPRiènne que les opposants, qui ont été arbitrairement emprisonnés et comparus devant les tribunaux rwandais complètement inféodés à la dictature du FPR, soient accusés de constituer des groupes armés pour renverser la dictature du FPR. Ce 17/10/2017 , les leaders des FDU-Inkingi raflés le 6 septembre 2017 et dont l’affaire est encore en cours n’ont pas échappé à cette règle. Le stratagème est identique ; comme cela fut pour  Victoire Ingabire Umuhoza, le FPR trouve des délateurs qu’il arrête avec ceux qu’il veut inculper, et qui serviront comme témoins à charge. Celui qui excelle dans la pièce théâtrale et respecte les consignes est libéré et même récompensé.  Hier c’était le « major »  Vital Uwumuremyi » alias Kalimba Gaspard, aujourd’hui c’est Janvier Twagirayezu qui a été vite libéré après avoir chargé les accusés. Papias Ndayishimye, comme le « Colonel » Tharcisse Nditurende précédemment, vient de confesser que la police lui a extorqué des confessions sur torture et se ravise.

Rwanda: INGABIREDAY WORLDWIDE

IMG-20171006-WA0002

#INGABIREDAY 2017

Peut-on enfermer un désir naturel, une aspiration ardente pour la paix, pour la justice non seulement pour soi mais aussi et surtout pour tous les Hommes ?

Peut-on enfermer, une pensée libre,qui n’a d’autre quête que d’offrir cette liberté à tout un peuple ?

Non ! Non, cette aspiration, ce désir, cette pensée de liberté ne peuvent être enfermés ! Ils ont été de part et d’autre du globe, la source des plus grandes réalisations et avancées que ce monde n’ait connu.

La Liberté guide Victoire !

Mme Victoire Ingabire est aujourd’hui le symbole d’une lutte pacifique pour la Paix,la Justice, les Droits de l’Humain et la Démocratie au Rwanda.

Rien ne peut arrêter une idée dont le temps est venu et aujourd’hui comme Victoire, c’est debout que nous sommes pour nos convictions.

Comme Victoire,continuons à aimer avec ardeur et combattre pacifiquement pour la Justice , la Paix et la Liberté !

Yes ! We are all Victoire and Victoire is all of us !

SAVE THE DATE & JOIN THE WORLD WIDE INGABIRE DAY !

#INGABIREDAY2017

L’Église catholique au Rwanda : Coupable ou Victime ?

   

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Dossier- Lien pdf

Depuis quelques décennies, l’Eglise catholique au Rwanda fait objet de nombreuses accusations qui, très récemment encore, ont poussé l’épiscopat actuel à demander pardon. Celui-ci a regretté  « que des membres de l’Église aient violé leurs vœux d’allégeance aux commandements de Dieu ». Ce pardon que certains n’ont pas hésité à appeler « le repentir a minima » a suscité une polémique si bien qu’il s’est avéré indispensable de revisiter l’historique de cette institution. La lecture objective des faits retrouvés qui ont caractérisé les rapports qui se sont tissés entre l’Eglise catholique et différents gouvernements rwandais depuis le début des années 60 jusqu’en 1993 permettent de constater que la plupart des accusations sont des exagérations voire des contrevérités. Ils permettent aussi, non seulement de mesurer l’ampleur des pertes en vies humaines dont cette institution a souffert, mais aussi de saisir la profondeur de l’engagement de ses évêques, prêtres et laïcs dans la dénonciation des injustices, des inégalités et de la violence qui ont marqué le Rwanda postcolonial jusqu’en 1993. Enfin de compte, les faits retrouvés montrent une autre facette de l’Eglise catholique au Rwanda que les accusateurs veulent, consciemment ou inconsciemment occulter. Avant et pendant la guerre déclenchée le 1er octobre 1990, l’épiscopat catholique rwandais a prêché la paix, la charité et l’amour fraternel, tout simplement il n’a pas été écouté…

Introduction

Les rapports entre l’État et l’Église ont été présentés de diverses manières et le plus souvent dans une dialectique controversée. Face aux défis auxquels le monde d’aujourd’hui est confronté, certains n’hésitent pas à reprocher à l’Église d’être absente dans sa prise de position ou d’être timide dans ses approches, laissant ainsi prévaloir les seules positions de l’État. Dès lors, l’Église inféodée à l’État se met en marche. L’État domine les rapports et utilise l’Église pour des fins politiques. Ainsi, l’Église perd son rôle d’autorité morale et de contre-pouvoir pourtant nécessaire pour assurer la protection tous azimuts des âmes à convertir. L’Église est vue comme la courroie de transmission des directives en provenance de l’État, bref, comme servante de l’État. Elle ferme les yeux et devient complice devant les injustices et les dérives autoritaires de l’État.

Au de-là de cette variante extrême, il existe une autre qui est faite de rapports où prédomine une collaboration équitable entre ces deux pouvoirs. Il y a absence de volonté manifeste de domination ; ce qui est privilégié, c’est la volonté de travailler ensemble pour le bien-être spirituel et matériel de la même personne, à la fois fidèle de l’Église et citoyen de l’État. Toutes ces variantes n’ont pas eu les mêmes caractéristiques dans le temps et dans l’espace. Elles se sont présentées différemment selon les époques, les acteurs animateurs de ces variantes et les sociétés dans lesquelles elles se sont exercées. La présente réflexion n’ambitionne pas d’envisager l’étude des rapports entre l’État et l’Église dans leur globalité mais plutôt de se focaliser sur lesdits rapports à travers un cas concret qu’est le Rwanda.

Rwanda: APPEL AU SECOURS POUR MR THEOPHILE NTIRUTWA

COMMUNIQUE DE PRESSE

SOS – Rwanda . 

Le parti d’opposition FDU-INKINGI demande instamment au Gouvernement Rwandais de dire où se trouve  Théophile Ntirutwa. Depuis qu’il a été arrêté avec les autres leaders des FDU-Inkingi, il est le seul pour lequel nous avons perdu les traces.

T. Ntirutwa avait été enlevé par les services de la DMI en Septembre 2016 et avait subi des tortures avant d’être abandonné sur la route. 

Nous avons peur qu’il soit sous tortures et que son sort risque d’être comme celui de la récente exécution d’un autre militant des FDU-Inkingi  Monsieur J.D. Habarugira ou d’une autre militante Mme Iragena Illuminée suivi de sa disparition en mars 2016.

Dès lors, il apparaît clairement que le régime dictatorial du Général Paul Kagame cherche à anéantir notre parti politique, et ce, en éliminant physiquement ses membres.

RWANDA : LA POLICE A ASSIEGE LES BUREAUX DES FDU-INKINGI A KIGALI

COMMUNIQUE DE PRESSE

De sources dignes de foi, nous venons d’apprendre que la police a pris d’assaut le siège des FDU-Inkingi à Kigali et a menotté tous responsables des FDU présents :

1. Boniface Twagirimana : Premier Vice-Président ;

2. Fabien Twagirayezu responsable de la mobilisation ;

3. Léonille Gasengayire : Trésorière adjointe ;

4. Alphonse : Employé ;

5. Julien : Gardien.

Ils sont actuellement sous un intense interrogatoire.

En même temps des fouilles systématiques ont été faites chez Mr Nsabiyaremye Gratien Commissaire-adjoint des FDU. Il a été arrêté à l’école ou il enseignait à Rutsiro et serait en train d’être transféré à Kigali.

RWANDA: APPEL AU SECOURS POUR MR ANSELME MUTUYIMANA, TORTURÉ DANS LA PRISON DE MPANGA

Communiqué de presse

SOS – Rwanda :

Le parti d’opposition FDU-INKINGI demande instamment que les tortures infligées à son militant, Monsieur Anselme Mutuyimana, à la prison de Mpanga à Nyanza cessent immédiatement et que  les agents de cette prison, dénommés  AIP NYAGATARE DELONOE, AIP ALEX, AIP MARCEL et le gardien de prison ZIRARUSHYA  auteurs de ces maltraitances soient poursuivis par la justice.

Nous rappelons la récente exécution d’un autre militant des FDU-Inkingi  Monsieur J.D. Habarugira. Et qu’à ce jour les auteurs ne sont toujours pas en prison. Nous rappelons que ce sont des agents des services de sécurité  qui l’avaient fait venir aux lieux de sa disparition.

(Kinyarwanda) ABANYARWANDA BIJIHIJE IMYAKA 55 Y’UBWIGENGE MU GIHIRAHIRO

Banyarwandakazi, Banyarwanda, Nshuti z’u Rwanda,

 Itariki ya 01 Nyakanga muri 1962 ntizibagirana mu mitima y’Abanyarwanda kuko ari yo tariki Abanyarwanda bongeye kubonaho ukwishyira ukizana basezerera burundu ingoma ya gikolonize yari imaze imyaka 70. Ubwo bwigenge kandi bwanahuriranye n’ishingwa rya Repubulika yagiyeho kuri 28 Mutarama 1961 ikaba yaratsinsuraga ibinyejana 4 byose by’ingoma ya gihake.

LES RWANDAIS FETENT 55 ANS D’INDEPENDENCE DANS LA PLUS GRANDE PRECARITE

Chères Rwandaises, Chers Rwandais, amis du Rwanda,

Le 01 juillet 1962, fut une date inoubliable dans le cœur des Rwandais, car, elle marquait le recouvrement de la liberté en mettant fin à plus de sept décennies de colonisation et de mise sous tutelle.

Cette indépendance intervenait aussi dans le sillon de l’installation de la République, proclamée le 28 janvier 1961, mettant ainsi fin à plus de 4 siècles de régime féodal.

Communiqué du Comité de Suivi de la Problématique des Réfugiés Rwandais

Réunis dans la Conférence Internationale sur la mise à terme du processus d’application de la clause de cessation applicable aux réfugiés rwandais de 1959 au 31 décembre 1998 tenue à Genève, Suisse le 19 Juin 2017, avec la participation de certaines missions diplomatiques en Suisse, dont celle du Gouvernement rwandais, et certains ONG internationales, les représentants des réfugiés rwandais :

Réitèrent leur hommage à tous les Etats et Peuples qui abritent les réfugiés rwandais pour l’inébranlable esprit de solidarité, d’abnégation, d’humanisme et de générosité dont ils ont fait preuve et continuent à faire preuve depuis que ces derniers sont entrés sur leurs territoires respectifs jusqu’à ce jour. A cet égard, une mention spéciale revient aux pays et peuples africains concernés.

Rwanda: Le Général Paul KAGAME désigné « malgré lui ! » candidat du FPR-Inkotanyi lors de l’élection présidentielle d’août prochain

Au lendemain du plébiscite du Général Paul Kagame comme candidat du FPR-Inkotanyi lors de l’élection présidentielle d’août prochain, les FDU-Inkingi, parti d’opposition au régime en place à Kigali, ont l’honneur d’adresser à la communauté rwandaise et internationale les observations ci-après :

Le Général Paul Kagame feint de regretter qu’il doive se représenter une troisième fois comme candidat à l’élection présidentielle. En effet, dans son adresse à ses partisans à l’issue de son plébiscite comme candidat à sa propre succession, le Général Paul Kagame déclare : « vous m’avez demandé de rester et voilà je reste… ».