Monthly Archives: juillet 2013

Rwanda : Le prononcé du jugement en appel de madame Victoire Ingabire devant la cour suprême est fixé au 1er novembre 2013

Kigali, le 31 juillet  2013.

Les audiences dans le procès de madame Victoire Ingabire Umuhoza, présidente des FDU-INKINGI, prisonnière politique, se sont poursuivies ce mercredi 31 juillet 2013 devant la cour suprême. De très nombreux militants du parti avaient fait le déplacement pour manifester leur soutien.

Comme le juge l’avait décidé, sur demande de l’accusée qui avait souhaité que les audiences se terminent avant les vacances judiciaires prévues dès le début du mois d’août 2013, la cour avait porté la fréquence des audiences  hebdomadaires de 2 à 3. Vers 17h30, la cour a déclaré closes les audiences et fixé provisoirement la lecture du  jugement au 1er novembre 2013 à 15h00. En cas de contre temps, les parties seront avisées au moins une semaine à l’avance.

Rwanda : Victoire Ingabire a détaillé les erreurs de la Haute cour qui l’a condamnée à 8 ans de prison ferme.

Ce lundi 29 juillet 2013, au siège de la cour suprême à Kigali, la parole a été donnée à la présidente des FDU, madame Victoire Ingabire Umuhoza, prisonnière politique, qui a exposé les motifs de son appel et ses commentaires sur l’appel de l’accusation.

Rwanda: L’emprisonnement de Madame Victoire Ingabire Umuhoza viole le droit à la liberté de pensée garanti par la constitution

Kigali, le 22 juillet 2013.

Les audiences du procès de Madame Victoire Ingabire Umuhoza devant la cour suprême ont repris ce 22 juillet 2013, avec les répliques de la défense de madame Victoire Ingabire constituée de maître Iain Edwards et de maître Gatera Gashabana.

Maître Iain a expliqué à la cour que sa cliente est poursuivie en violation  de l’article 19 de la convention internationale sur les droits de l’homme ainsi que de l’article 33 de la constitution rwandaise relative à la liberté d’expression.

RWANDA: CONGRES EXTRAORDINAIRE DES MEMBRES DU PARTI FDU-INKINGI A L’ETRANGER

RESOLUTIONS

Réunis à Bruxelles en Belgique dans son congrès extraordinaire du 20-21 Juillet 2013, les délégués des membres des FDU à l’Etranger ;

- Après avoir passé en revue la situation socio-politique au Rwanda et l’oppression que subit la population rwandaise;

- Considérant la politique de destabilisation de la région des Grands Lacs, notamment à l’Est de la RDC;

- Vue la loi sur les partis et le refus du régime de Kigali d’enregistrer des partis politiques qui ne lui sont pas inféodés;

- Constatant que le régime du FPR continue à fermer l’espace politique et maintient les leaders de l’opposition en prison ;

Le Congrès : 

Rwanda: La famine guette les producteurs de riz de la plaine de Bugarama privés de la jouissance de leurs productions

Kigali, le 10 Juillet 2013

 

Les producteurs de du riz dans la vallée de Bugarama sise dans les secteurs de Bugarama, Muganza, Kikundamvura et Nyakabuye dans la District de Rusizi sont menacés de grande famine en dépit de bonnes récoltes de riz!

En effet, la majorité de ces producteurs de riz ont vu leur récolte confisquée par les coopératives qui refusent de leur verser le prix de leur riz et les empêchent de vendre leur riz au plus offrant, de le décortiquer et même de le récupérer.

Rwanda: Sept membres des FDU-Inkingi condamnés à 2 ans de prison pour « avoir rencontré le secrétaire général du parti ».

Kigali, le 11 juillet 2013.

Ce jeudi 11 juillet 2013, le tribunal de première instance de Ruhango dans la région de Rutsiro a condamné 7 membres des FDU INKINGI – Byukusenge Emmanuel, Twizeyimana Valens, Gasengayire Leonille, Ufitamahoro Norbert, Nahimana Marcel, Uwiringiyimana Venuste et  Dukundane Moise- à 2 ans de prison ferme pour avoir rencontré et n’avoir pas dénoncé auprès des autorités, la présence sur les lieux du secrétaire général intérimaire du parti. Invoquant l’article 570 du code pénal, le tribunal estime qu’il était de leur devoir de dénoncer la présence d’un membre de l’opposition démocratique, comme si c’est en soi un crime.

Les 7 membres du parti ont été arrêtés le 15 septembre 2012 vers 20 heures du soir par les membres de l’armée qui les ont scandaleusement tabassés pour n’avoir pas rapporté auprès de ses services la présence de Sylvain Sibomana, secrétaire général intérimaire du parti, qui ne faisait l’objet d’aucun mandat de recherche. L’armée leur a reproché de complicité avec quelqu’un qui propage des rumeurs destinées à aliéner la population contre le régime, infraction punie selon eux par l’article 463 du code pénal.

Rwanda: Les audiences du procès en appel de madame Victoire Ingabire devant la cour suprême ont repris ce 8 juillet 2013.

Kigali 8 juillet 2013

 

« Que les crimes commis contre les réfugiés Hutu au Congo n’aient pas encore été qualifiés par un tribunal ne signifient pas qu’il n’y a pas eu infraction ».

Les audiences du procès en appel de madame Victoire Ingabire, présidente des FDU INKINGI devant la cour suprême ont repris ce 8 juillet 2013. L’accusation a poursuivi la lecture de ses conclusions  sur les motivations de l’appel de madame Victoire Ingabire concernant les deux chefs d’accusation retenus contre elle, à savoir la trahison et la minimisation du génocide pour lesquels elle avait été condamnée à 8 ans de prison.

S’agissant de la minimisation du génocide, la cour l’avait condamnée sur base de son discours prononcé au mémorial du génocide de Gisozi. Elle avait entre autre déclaré qu’il y avait des Hutu qui avaient péri dans des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, et dont la mémoire n’était pas honorée. Pour la cour et le ministère public, cette déclaration constitue un crime de minimisation du génocide contre les Tutsi. La cour rejoint aussi le ministère public en disant que le fait que madame Ingabire se soit défendue  en exhibant notamment le rapport Mapping Report qui affirme que les crimes commis contre les réfugiés Hutu au Congo peuvent être qualifiés de génocide , et qu’elle l’affirme comme si ça avait été déjà qualifié comme tel par un tribunal, constitue un crime de minimisation du génocide contre les Tutsi. Et d’ajouter que cette façon de raisonner équivaut à affirmer qu’ il y a eu double génocide.