Category Archives: LATEST NEWS

RWANDA : CLOSURE OF CHURCHES MARKS FINAL ASSAULT ON CITIZENS’ LAST LINE OF DEFENCE

The Rwandan people, traumatized by war and crushed by an overload of many socio-economic problems borne out of tyrannical rule, have turned to churches or Mosques in big numbers as their last line of defence against total hopelessness. New independent churches, mainly Pentecostal, have become the only place where citizens can safely express their grievances to someone, God, without fear of arrest. In fact, churches have shielded the regime from popular revolt because by turning their exasperation to God for a solution, they have forgotten to put the regime to task over policies that have brought them the misery that they are experiencing.

RWANDA REGIME MOCKS THE UNITED NATIONS: A PEACEFUL PROTEST BY CONGOLESE REFUGEES REPRESSED IN BLOOD IN THE UNHCR COMPOUND.

The Rwandan opposition political platform condemns in the strongest terms possible the killings of Congolese citizens of Tutsi origin and enforced disappearances of their leaders. These refugees were shipped to Rwanda by the RPF in 1996 when it was preparing the invasion of the Democratic Republic of Congo, then called Zaïre, telling them that it wanted to save them from a looming Tutsi genocide in Eastern Congo. While government sources admit 5 dead and 20 injured, reports from refugees themselves speak of 75 dead and a hundred injured. They also report enforced disappearances of refugees and opinion leaders those that the Rwandan regime suspect of being leaders of the demonstration or simply opinion leaders in the community.

(Français) LES FDU-INKINGI CONDAMNENT ÉNERGIQUEMENT LES MASSACRES DES RÉFUGIÉS CONGOLAIS PAR L’ARMÉE DU FPR AU RWANDA.

CONDEMNATION OF THE VICIOUS ATTACK ON THE CEO OF HUMAN RIGHTS WATCH BY RWANDAN PARLIAMENT

The Rwandan political opposition party, FDU-Inkingi, condemns in the strongest terms possible the vicious personal attack on the Chief Executive officer of Human Rights Watch (HRW), Kenneth Roth, by the Rwandan parliament, something that depicts the depravity of the political system in Rwanda. It is sad and pathetic for a parliament and a national human rights commission to help cover up human abuses by the Executive and for “Honourable” members of parliament to use abusive language against whistle blowers on human rights abuses. They should rather thank HRW for filling the gap left by their omission.

Rwanda: General Paul Kagame designated “against his will!” as a candidate of the RPF Inkotanyi during the August presidential election

Au lendemain du plébiscite du Général Paul Kagame comme candidat du FPR-Inkotanyi lors de l’élection présidentielle d’août prochain, les FDU-Inkingi, parti d’opposition au régime en place à Kigali, ont l’honneur d’adresser à la communauté rwandaise et internationale les observations ci-après :

Le Général Paul Kagame feint de regretter qu’il doive se représenter une troisième fois comme candidat à l’élection présidentielle. En effet, dans son adresse à ses partisans à l’issue de son plébiscite comme candidat à sa propre succession, le Général Paul Kagame déclare : « vous m’avez demandé de rester et voilà je reste… ». Following the plebiscite of General Paul Kagame as a candidate of the RPF-Inkotanyi in the August presidential election in Rwanda, the FDU-Inkingi, a political party of the opposition to the regime in place in Kigali, has the honor to address to the Rwandan people and the international community the following observations:

General Paul Kagame feigned a regret that he had to run for a third time as a candidate in the presidential election. In his speech addressed to his followers after his plebiscite as a candidate for his own succession, General Paul Kagame declared: “You asked me to stay and here I remain…”.

RWANDA: THE RPF REGIME GETS CAUGHT IN ITS OWN GAME AS NGABOYAMAHINA FRANCOIS FALLS VICTIM OF THE ELECTORAL PROCESS

The Unified Democratic Forces (FDU Inkingi), a political party opposed to the Rwandan ruling party, RPF regime, strongly condemns the continuing violence carried out by the regime against Rwandan citizens.

On May 29, 2017, FDU Inkingi issued a statement condemning the extortion of money from Rwandans which consists of instructing all employees in both the public and private sectors to pay 50% of their wages to support the candidacy of President Paul Kagame, chairman of the ruling RPF party, for the flawed presidential elections scheduled for August 4, 2017.

RWANDA: THE HEARING OF THE APPEAL OF “Mrs. VICTOIRE INGABIRE UMUHOZA AGAINST THE RWANDAN GOVERNMENT” BEFORE THE AFRICAN COURT OF HUMAN AND PEOPLES ‘RIGHTS, DUE ON 22/03/2017

The Unified Democratic Forces (FDU-Inkingi), a political party opposed to the Rwandan Patriotic Front (RPF) regime in Rwanda, inform the public that the hearing of the appeal case before the African Court on Human and Peoples’ Rights (ACHPR) of their president, Victoire Ingabire Umuhoza versus the Rwandan government, will take place on 22/03/2017 at 9 am in Arusha, Tanzania.

FDU-Inkingi hopes that the postponement of the hearing from March 16, 2017 to March 22, 2017 will not be used as a pretext by Rwandan government not to be represented at the African court on Human and Peoples’ Rights.

RWANDA: FDU-INKINGI IS NOT AT ALL INVOLVED IN FATHER THOMAS NAHIMANA’S “GOVERNMENT IN EXILE”.

The Party FDU-Inkingi was stunned to learn from the media that the Ishema Party led by Thomas Nahimana has appointed in its government in exile, the FDU-Inkingi’s President, Mrs. Victoire Ingabire Umuhoza, currently political prisoner in Rwanda.

The Party FDU-Inkingi would like to make it crystal clear to the public that: The suggestion that the FDU-Inkingi’s President, Victoire Ingabire Umuhoza, could be a member of the auto-proclaimed government in exile led by Thomas Nahimana is null and void as far as the Party FDU-Inkingi is concerned.

(Français) Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

RWANDA: THE LEADERSHIP OF THE MAIN POLITICAL OPPOSITION PARTY FDU-INKINGI, VICTIM OF INTIMIDATION IN THE RUN UP TO THE 2017 RWANDAN PRESIDENTIAL ELECTIONS.

On January 17, 2017, the 1st Vice President of the Rwandan United Democratic Forces (FDU-Inkingi), Boniface Twagirimana, was summoned to the Criminal Investigation Department (CID) and interrogated for a whole day for being the source of two articles that appeared in local newspapers and in social media, accusing security forces of extra judicial killings. The articles reported the death of the late Mugisha of Karongi District shot dead by members of the Rwandan army around 9 o’clock in the morning of the 1st of January 2017, after being arrested for stealing a goat and the death of the late Sekanabo Janvier, Kabuga cell, and Rusororo sector near Kigali, shot by police after his arrest.  He was alleged to have resisted the redistribution of his father’s land.

Rwanda: Denunciation of frequent killings of unarmed civilians by security services

On January 1, 2017, while people all over the world were celebrating the New Year’s Day, the trigger-happy men of the Rwandan army based in Ruhengeri celebrated the New Year’s Day in a despicable style by shooting dead Mr. Mugisha on suspicion of having stolen a goat. In Rwanda, human life has become so cheap that stealing a goat or a bunch of green bananas is punishable by death.

The late Mugisha, son of Mr. Yadusoneye Augustin and Mrs. Kakuze Emerthe of Rwimpongo Village , Ruragwe Cell,  Rubengera Sector and Karongi District was shot dead by members of the rwandan army around 9am following his arrest for stealing a goat.

RWANDA: P5 CONGRATULATORY MESSAGE TO US PRESIDENT-ELECT, DONALD TRUMP

HE Donald Trump

President-Elect of the United States of America

November 8, 2016

Your Excellency,

On behalf of the Rwandan political opposition platform composed of political organizations Amahoro-PC, FDU-Inkingi, PDP-Imanzi, PS-Imberakuri and RNC-Ihuriro, I would like to convey to you our congratulations on your victory in election to the highest Office of a great nation, the United States of America. The Rwandan political opposition is delighted by your pledge to do the best for your people and for peace and stability in the world. I sincerely congratulate you and send you our best wishes for your every success and wisdom in discharging the important duties that are attached to your position. I am confident that the trust placed in you by the citizens of the United States of America will inspire you to promote the unity of your country, leading it on the path of prosperity.

I hope that your coming into office will generate more interest and commitment to working with dynamic and democratic forces in Africa that have been struggling to end dictatorship, impunity and the absence of the rule of law that have held back African economic development and peace. This has led to brain hemorrhage to the rest of the world.

In particular, we are counting on your leadership to pre-empt any new political violence in Rwanda which all political analysts predict, in case the current violent dictator, President Kagame, is allowed to maintain his repressive system of government till 2034. Indeed, such analysis is echoed in the report of the UN Special Rapporteur on the Freedom of assembly and association (2014) Mr. Maina Kiai that “a society without room for critical voices to speak freely and peacefully is unsustainable” adding that “the fear of a new genocide cannot be invoked to impede fundamental freedoms in any society, which in fact are necessary to prevent conflicts and genocide”

The Rwandan dictatorial regime is now notorious for cracking down on civil society, imprisoning peaceful reformers, silencing legitimate dissent, and enacting legislation that violates the freedoms of association, speech, and press. It has created the biggest number ever of Rwandan refugees.

Our political platform is sincerely look forward to working with your government to bring democracy, peace and development in the Great Lakes region and in Rwanda which has become the epicenter of regional destabilization.

Please accept, Your Excellency, the assurances of my highest consideration.

Jean Damascene Munyampeta

Chair of the Rwanda Opposition Platform

Email: acteur.changement@gmail.com

Tel: +32 488 96 37 65

P5-Congratulatory-message.President-Trump

RWANDA: THE FDU-INKINGI POLITICAL PARTY ADDRESSES TO RWANDANS AND FRIENDS OF RWANDA ITS BEST WISHES FOR THE YEAR 2017

Dear Rwandans and Friends of Rwanda,

On the occasion of the end of the year 2016, on behalf of the FDU-Inkingi political party, its Chairperson, Ms. Victoire Ingabire Umuhoza, who is unjustly imprisoned to this day, and in my own name, I would like to convey to you our best wishes for the New Year 2017. May it bring peace and full enjoyment of your fundamental human rights so that you may fully exercise your freedom and live as a free people!

As we come to the end of the year 2016, we would like to take stock of Rwanda’s political and social situation by looking at what we went through and what we plan to do to make our country a law-abiding state, respectful of  the freedoms and rights of the human person; a country characterized by pluralistic, consensual democracy and a justice system that is independent of the interference of the executive branch and military officials or of any other security services; a country without discrimination, which promotes dialogue and reconciliation, ensures mutual respect between Rwandans themselves and with other peoples; a country that promotes integrated development, equity and equal opportunity; a country where the political space is open, where the authorities are accountable to the people.

RWANDA: SUSPICIOUS FIRES IN DETENTION CENTRES SHOULD CATCH THE ATTENTION OF THE RWANDAN AUTHORITIES.

Fire gutted the Kigali Maximun Security Prison commonly known as “1930 prison” in the afternoon of the 25th of December 2016, ironically on the day of Christmas celebrations worldwide. The fire incident happened when people were still remembering a similar fire incident in Muhanga prison in central Rwanda on the 5th of June 2014, which was followed only a month later by another fire in Gisenyi prison on the 7th of July 2014. The fire in Kigali Maximun Security prison, which allegedly took over all the prison services unawares, was announced only by the press and the cause of the fire is reported to be unknown to date. Images showing a thick black and opaque smoke coming out of the prison, have led to fears that the damages caused by the fire could be more than what is officially reported, given the fact that no independent investigation has taken place.

RWANDA: THE LEADERS OF THE ISHEMA PARTY BARRED FROM RETURN TO THEIR HOME COUNTRY

The political party FDU-Inkingi denounces the manoeuvers of the Rwandan dictatorial regime aimed at preventing its citizens from returning to their home country freely.

According to reliable sources, including Reuters, RFI and the leadership of the Ishema Party, Rwandan immigration officials allegedly put pressure on Kenya Airways to prevent Rev. Father Thomas Nahimana and his delegation from boarding on its flight to Kigali, on Wednesday, November 23, 2016.

According to the press release issued by the Ishema party, the delegation led by its Secretary General Father Thomas Nahimana was on its way to Rwanda to set up its political party headquarters and carry out its political activities in Rwanda.

RWANDA: FDU-INKINGI CONGRATULATES THE PRESIDENT-ELECT OF THE UNITED STATES DONALD TRUMP.

Mr. President-Elect,

The Rwandan opposition political party, FDU-Inkingi, has learned your victory for the presidency of the United States of America for the coming 4 years.