Category Archives: PUBLICATIONS

POLITIQUE AGRICOLE 1995-2016 AU RWANDA: CONTRASTE ENTRE LES BELLES STATISTIQUES DE PRODUCTIONS AGRICOLES ET LES FAMINES CHRONIQUES

POLITIQUE AGRICOLE 1995-2016 AU RWANDA:

CONTRASTE ENTRE LES BELLES STATISTIQUES DE PRODUCTIONS AGRICOLES

ET LES FAMINES CHRONIQUES.

 

Ndereyehe Charles[1]

 1.    Introduction

Le 24 février 2016, je publiai un article[i] en Kinyarwanda qui analysait les récentes publications[ii] parues sur l’agriculture au Rwanda. Comme dans les analyses antérieures [iii] - [iv], je soulignais encore que la politique économique du gouvernement rwandais, dominé par le FPR (Front Patriotique Rwandais), avait amené l’agriculture rwandaise dans l’impasse[v].

Beaucoup de journaux locaux continuent à publier dans le même sens, en mettant en exergue le contraste entre les statistiques luisantes d’augmentation des productions agricoles et les famines chroniques sévissant dans tous les coins du pays[vi].

Deux articles m’ont particulièrement impressionné. Le 1er, en anglais, du chercheur Dr. Neil Dawson, fait ressortir que la politique agricole du Rwanda a un effet néfaste pour les plus pauvres. Le 2ème,  du 16/02/2016 et en Kinyarwanda, concerne la déclaration du Ministre de l’agriculture et de l’élevage, Mme Dr G. Mukeshimana, qui affirme que  les problèmes de l’agriculture rwandaise sont liés à la régression de la recherche agricole[vii].

Ces deux personnalités montrent que les belles statistiques du gouvernement ne représentent pas les faits réels de terrain où l’autosuffisance alimentaire serait un acquis pour un grand nombre de Rwandais. Il est en effet de notoriété publique que les statistiques officielles sont souvent manipulées[viii], pour montrer une autre image[ix] de l’agriculture et du développement économique au Rwanda, qui seraient sur la voie d’assurer l’autosuffisance alimentaire. Pourtant tous les indicateurs économiques clignotent rouge[x], montrant la pauvreté et  la famine !

En effet, selon le Rapport Mondial 2013 sur le Développement Humain, le Rwanda a un indice de Gini de 0,53 , qui le place parmi les pays les plus inégalitaires au monde. Les 10% les plus riches accaparent 40% des revenus, tandis que les 10% les plus pauvres se contentent d’à peine 3,5% des revenus. En réalité 82% de la population vit avec moins de 2$ USD par jour, la population en-dessous du seuil de pauvreté (celle qui vit avec moins de 1,25 $/j) est de 63,2% au lieu de 44,9% avancé par les chiffres officiels. La population qui croupit dans une pauvreté multidimensionnelle est estimée à 69% par ce même Rapport [xi] .

La presse locale [xii]§§ montrent des réalités économiques caractérisant la pauvreté, chiffres et images à l’appui, au moment où les officiels ont de la peine à accepter cette misère rwandaise qu’ils veulent cacher à l’opinion internationale. L’alibi malheureux, constitué par les infrastructures poussant comme des champignons dans “la très propre ville de Kigali”, cache ce terrible mal rongeant le petit peuple, décrit ainsi par Ansoms (2009): “Tout comme ailleurs, l’élaboration des politiques est une affaire contrôlée par les élites au Rwanda. La majorité des petits producteurs pauvres a sans aucun doute peu d’influence sur la situation politique. Les responsables de formulation des politiques ont peu de liens institutionnels ou personnels avec les questions de développement rural, et sont nombreux à avoir une attitude condescendante, voire méprisante, envers les petits producteurs pauvres pratiquant des formes «traditionnelles » d’agriculture ” [xiii] .

RWANDA : PROGRAMME POLITIQUE DE LA PLATEFORME

 PROGRAMME POLITIQUE DE LA PLATEFORME

1. QUI SOMMES – NOUS ?

La Plateforme P5 est une coalition des organisations politiques AMAHORO-PC, FDU – INKINGI, PDP – IMANZI, PS – IMBERAKURI ET RWANDA NATIONAL CONGRESS (RNC); la Plateforme est ouverte aux autres organisations politiques qui adhèrent à sa vision et ses valeurs.

La Plateforme P5 est une large coalition de partenaires clés de la société Rwandaise. Les membres sont issus de tous les groupes ethniques (Hutu, Tutsi et Twa) et de toutes les régions du Rwanda, et ont un parcours historique diversifié. On y retrouve des personnes ayant été membres du FPR et des partis actifs au Rwanda depuis 1991, ainsi que de personnes n’ayant appartenu à aucun parti politique auparavant, des personnalités ayant appartenu aux structures du FPR sous Paul Kagame et au gouvernement de Juvénal Habyarimana, aux différents échelons jusqu’aux hautes sphères de l’administration et du gouvernement.

Rwanda : De la Monarchie à la République (Novembre 1959- Octobre 1961)

Faits, Acteurs, Evénements à la lumière des archives de Marcel POCHET[1]

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

Il y a 55 ans se réunissaient à Gitarama (centre-sud du Rwanda) les Bourgmestres et Conseillers communaux élus[2] et proclamèrent la République rwandaise. Cet événement qui eut lieu le 28 janvier 1961 inaugura le passage du régime monarchique au régime républicain. C’est  ce qui ressort du télégramme que les initiateurs de cet événement adressèrent au Résident du Rwanda, le Colonel Logiest le même jour :

« …Devant gravité situation et répondant aux vœux majorité populations rwandaises voir progresser pays dans unité harmonie et démocratie authentique, prenant courageusement ses graves responsabilités le peuple rwandais réunis solennellement et librement en congrès national à Gitarama, le vingt-huit janvier de l’an du salut mil neuf cent soixante et un a décidé et établi solennellement, dans l’intérêt supérieur de la nation et pour pacification définitive pays, institutions démocratiques définitives suivantes : Abolition  forme Mwami de gouvernement et déposition de Kigeli V Ndahindurwa, proclamation solennelle République rwandaise, élection Président de la République promulgation constitution rwandaise, formation gouvernement définitive, élection second degré assemblée législative, création cour suprême, toutes institutions démocratiques établies selon volonté nation rwandaise librement exprimé par voix mandataires naturels… »[3]

Rwanda-Tanzanie : De la cohabitation pacifique séculaire à la confrontation

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Au cours de leur histoire, les relations entre le Rwanda et la Tanzanie n’avaient  jamais été aussi tendues qu’en cet été 2013. Outre des affrontements verbaux entre les dirigeants de ces deux pays, ces relations ont été marquées, d’une part, par l’expulsion vers le Rwanda de plus de 6000 rwandophones qui s’étaient installés sur le sol tanzanien depuis des décennies ; d’autre part, par le limogeage et/ou les mutations des hauts fonctionnaires ayant évolué dans l’administration tanzanienne considérés comme étant d’origine rwandaise.

De plus, le Rwanda a revu à la hausse la taxe douanière qu’il imposait à chaque camion transportant des marchandises du port de Dar-es-salaam au Rwanda en passant par le pont de Rusumo de 152 dollars à 500 dollars américains. L’absence (1) de la Tanzanie dans des rencontres sous régionales s’est fait également observer ; ce qui a fait penser à son isolement politique et économique au sein de l’EAC. Face à cette tension ainsi qu’à ses cohortes  de conséquences malheureuses, deux questions viennent à l’esprit : l’histoire des relations entre ces deux pays à travers quelques-uns des royaumes (2) sur lesquels lesdits pays se sont construits contient-elle des éléments explicatifs ? Comment les autorités de ces deux pays en sont arrivées là ?

MEMORANDUM SUR LA NOUVELLE LOI RWANDAISE PORTANT GESTION DES BIENS ABANDONNÉS

 

 

INTRODUCTION

 

Promulguée par le Président de la République et désormais sortie au Journal officiel, la nouvelle loi rwandaise n0 39/2015 du 22/08/2015 portant  gestion des biens abandonnés est entrée en vigueur depuis le 16/10/2015. Vu l’impact qu’elle risque d’avoir sur le quotidien des Rwandais, il sied de l’analyser en vue d’éclairer la communauté nationale et internationale sur l’esprit, le contenu et les motivations de ladite loi.

RWANDA: POSITION DE LA PLATEFORME D’OPPOSITION SUR LA MODIFICATION DE L’ARTICLE 101 DE LA CONSTITUTION RWANDAISE

NOTE D’INFORMATION

 

Introduction

La Constitution rwandaise adhère solennellement, dans son préambule, à un certain nombre de principes et idéaux tant nationaux qu’internationaux. Il est notamment stipulé en son alinéa 6 : « Résolus à bâtir un État de droit fondé sur le respect des libertés et droits fondamentaux de la personne, la démocratie pluraliste, le partage équitable du pouvoir, la tolérance et la résolution des problèmes par le dialogue ». Ces principes et idéaux ont été pensés par le constituant comme conditions pour une paix durable et une véritable réconciliation du peuple rwandais.

Avec la  modification de l’article 101 de la Constitution, nous assistons à un reniement total des principes fondamentaux de l’Etat de droit (Titre I) dans le but inavoué de faire un coup d’Etat constitutionnel en vue d’établir une constitution taillée sur mesure (Titre II) pour permettre au Président Kagame de s’éterniser au pouvoir. Il sied de tirer quelques conclusions et recommandations (Titre III) susceptibles de contribuer à la sauvegarde de la légalité constitutionnelle.

PDF DOC.