Category Archives: INYANDIKO

RWANDA : URUBANZA RW’ABARWANASHYAKA BA FDU-INKINGI

Urubanza rw’abarwanashyaka b’ishyaka FDU-INKINGI rwaburanishijwe uyu munsi kuwa kabiri tariki ya 12/02/2019 mu rukiko rukuru ruburanisha ibyaha ndengamupaka rwa Nyanza. Abaregwa bagejejwe k’urukiko barinzwe bikomeye n’abacungagereza n’abapolisi kandi baziritse amapingu amaguru n’amaboko ninako batashye bameze.

(Français) (English) Rwanda is failing to respect and implement the judgment of the African Court in the case of political prisoner Victoire Ingabire – The Letter of Ms Caroline Buisman(Ingabire’s lawyer) to the Minister of Justice, Mr Johnston Busingye

Mr Johnston Busingye

Minister of Justice and Attorney General of the Republic of Rwanda

Ministry of Justice of Rwanda

PO. Box: 160 Kigali

Rwanda

moj@minijust.gov.rw; mjust@minijust.gov.rw

Amsterdam, 28 May 2018

 Letter in PDF

Your Excellency Mr. Busingye, Honorable Minister of Justice of Rwanda,

I am writing to you about the case of Victoire Ingabire Umuhoza. I am one of the lawyers who represented her before the African Court of Human and People’s Rights.

As you know, the African Court has ruled that some of my client’s rights under the African Charter have been violated in the criminal proceedings initiated against her in Rwanda, which led to her wrongful conviction and sentence of fifteen years imprisonment in respect of terrorism against the state, genocide minimization, and inciting insurrection by spreading rumours.[1]

The Court found that Mrs. Ingabire’s convictions in Rwanda for minimizing the genocide and inciting insurrection violated her freedom of opinion/expression. The Court also found that various aspects of her right to a defence had been violated. The Court further ordered the Government of Rwanda to take all necessary measures to restore the harm done to Mrs. Ingabire within six months following the judgment.

Mr Johnston Busingye

Minister of Justice and Attorney General of the Republic of Rwanda

Ministry of Justice of Rwanda

PO. Box: 160 Kigali

Rwanda

moj@minijust.gov.rw; mjust@minijust.gov.rw

Amsterdam, 28 May 2018

 Letter in PDF

Your Excellency Mr. Busingye, Honorable Minister of Justice of Rwanda,

I am writing to you about the case of Victoire Ingabire Umuhoza. I am one of the lawyers who represented her before the African Court of Human and People’s Rights.

As you know, the African Court has ruled that some of my client’s rights under the African Charter have been violated in the criminal proceedings initiated against her in Rwanda, which led to her wrongful conviction and sentence of fifteen years imprisonment in respect of terrorism against the state, genocide minimization, and inciting insurrection by spreading rumours.[1]

The Court found that Mrs. Ingabire’s convictions in Rwanda for minimizing the genocide and inciting insurrection violated her freedom of opinion/expression. The Court also found that various aspects of her right to a defence had been violated. The Court further ordered the Government of Rwanda to take all necessary measures to restore the harm done to Mrs. Ingabire within six months following the judgment.

(Français) Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

(Français) POLITIQUE AGRICOLE 1995-2016 AU RWANDA: CONTRASTE ENTRE LES BELLES STATISTIQUES DE PRODUCTIONS AGRICOLES ET LES FAMINES CHRONIQUES

POLITIQUE AGRICOLE 1995-2016 AU RWANDA:

CONTRASTE ENTRE LES BELLES STATISTIQUES DE PRODUCTIONS AGRICOLES

ET LES FAMINES CHRONIQUES.

 

Ndereyehe Charles[1]

 1.    Introduction

Le 24 février 2016, je publiai un article[i] en Kinyarwanda qui analysait les récentes publications[ii] parues sur l’agriculture au Rwanda. Comme dans les analyses antérieures [iii] - [iv], je soulignais encore que la politique économique du gouvernement rwandais, dominé par le FPR (Front Patriotique Rwandais), avait amené l’agriculture rwandaise dans l’impasse[v].

Beaucoup de journaux locaux continuent à publier dans le même sens, en mettant en exergue le contraste entre les statistiques luisantes d’augmentation des productions agricoles et les famines chroniques sévissant dans tous les coins du pays[vi].

Deux articles m’ont particulièrement impressionné. Le 1er, en anglais, du chercheur Dr. Neil Dawson, fait ressortir que la politique agricole du Rwanda a un effet néfaste pour les plus pauvres. Le 2ème,  du 16/02/2016 et en Kinyarwanda, concerne la déclaration du Ministre de l’agriculture et de l’élevage, Mme Dr G. Mukeshimana, qui affirme que  les problèmes de l’agriculture rwandaise sont liés à la régression de la recherche agricole[vii].

Ces deux personnalités montrent que les belles statistiques du gouvernement ne représentent pas les faits réels de terrain où l’autosuffisance alimentaire serait un acquis pour un grand nombre de Rwandais. Il est en effet de notoriété publique que les statistiques officielles sont souvent manipulées[viii], pour montrer une autre image[ix] de l’agriculture et du développement économique au Rwanda, qui seraient sur la voie d’assurer l’autosuffisance alimentaire. Pourtant tous les indicateurs économiques clignotent rouge[x], montrant la pauvreté et  la famine !

En effet, selon le Rapport Mondial 2013 sur le Développement Humain, le Rwanda a un indice de Gini de 0,53 , qui le place parmi les pays les plus inégalitaires au monde. Les 10% les plus riches accaparent 40% des revenus, tandis que les 10% les plus pauvres se contentent d’à peine 3,5% des revenus. En réalité 82% de la population vit avec moins de 2$ USD par jour, la population en-dessous du seuil de pauvreté (celle qui vit avec moins de 1,25 $/j) est de 63,2% au lieu de 44,9% avancé par les chiffres officiels. La population qui croupit dans une pauvreté multidimensionnelle est estimée à 69% par ce même Rapport [xi] .

La presse locale [xii]§§ montrent des réalités économiques caractérisant la pauvreté, chiffres et images à l’appui, au moment où les officiels ont de la peine à accepter cette misère rwandaise qu’ils veulent cacher à l’opinion internationale. L’alibi malheureux, constitué par les infrastructures poussant comme des champignons dans “la très propre ville de Kigali”, cache ce terrible mal rongeant le petit peuple, décrit ainsi par Ansoms (2009): “Tout comme ailleurs, l’élaboration des politiques est une affaire contrôlée par les élites au Rwanda. La majorité des petits producteurs pauvres a sans aucun doute peu d’influence sur la situation politique. Les responsables de formulation des politiques ont peu de liens institutionnels ou personnels avec les questions de développement rural, et sont nombreux à avoir une attitude condescendante, voire méprisante, envers les petits producteurs pauvres pratiquant des formes «traditionnelles » d’agriculture ” [xiii] .

RWANDA: INYANDIKO-MVUGO MU NCAMAKE YA KONGERE IDASANZWE Y’ABARWANASHYAKA B’ ISHYAKA FDU-INKINGI BABA MU MAHANGA

KONGERE IDASANZWE Y’ABARWANASHYAKA B’ ISHYAKA FDU-INKINGI BABA MU MAHANGA
12 – 13 MATA 2014

INYANDIKO-MVUGO MU NCAMAKE

Kuwa 12 na 13 Mata 2014 , intumwa z’abarawanashyaka ba FDU-Inkingi bateraniye i Breda mu bu Hollandi muli Kongere idasanzwe y’abayoboke b’ishyaka FDU-INKINGI baba mu mahanga.
Ku murongo w’ibyigwa hari hateganijwe ingingo zikurikira.
1) Gutangiza inama ;.
2) Kwemeza umu-Kongresiste urakomeza kuyobora Inama ;
3) Rapport ya Comité de Suivi (CS);
4) Kujya Impaka kuri rapport ya CS no gufata Imyanzuro;
5) Kujya impaka no gutanga ubugorora-ngingo ku mategeko ngenga-mikorere y ‘Ishyaka (réglement d’ordre intérieur-ROI) n’imyifatire y’abarwanashyaka (code de conduite) ;
6) Gushyiraho akanama kazategura kakanakoresha amatora ;

Rwanda: « Ndi Umunyarwanda » Perezida Pahulo Kagame niwe ukwiye gusaba imbabazi Abanyarwanda – Dr. Nkiko Nsengimana

Perezida Pawulo Kagame niwe ukwiye gusaba imbabazi Abanyarwanda

 

Nk’uko tubikeshya Imvaho Nshya yo kuwa 11 Ugushyingo 2013, nyuma y’umwiherero w’abagize guverinoma muri gahunda ya « Ndi Umunyarwanda », «…bemeye [abagize guverinoma : ndlr] ko kandi Jenoside yakorewe Abatutsi yakozwe mw’izina ry’Abahutu; bityo kugirango sosiyete nyarwanda ikire by’ukuri ni ngombwa ko abo Jenoside yakozwe mw’izina ryabo basaba imbabazi abo yakorewe, bakayamagana, bakitandukanya n’abayikoze, ndetse n’ibitekerezo biganisha ahabi u Rwanda rwavuye ».

 

Umuntu wa mbere ugomba gusaba imbabazi abatutsi ni Perezida Pahulo Kagame n’intagondwa z’abahutu.

Perezida Pahulo Kagame azi amahano yakoze afata icyemezo cyo kwica uwo yaje gusimbura ku ntebe, Prezida Yuvenali Habyarimana, arashe indege ye, akicwa ari kumwe n’umugaba w’ingabo, kimwe n’ibindi byegera bye. Perezida Habyarimana yari avuye i Dar Es Salaam muri Tanzania, yiyemeje gushyiraho inzego z’ubutegetsi zari zisigaye (Guverinoma n’Inteko ishinga amategeko) nk’uko zari zemejwe n’Amasezerano ya Arusha. Buri wese azi uko iryo hanura ry’indege ariryo ryabaye imbarutso ya jenoside yibasiye Abatutsi. None Perezida Kagame, uzi neza icyemezo yafashe, arimo aritarutsa ibibazo, yigira nyoni nyinshi, akihanukira ngo abahutu muri rusange bafite icyaha cy’inkomoko, ngo nibishyure, bake imbabazi kuko ngo intagondwa z’Abahutu zishe Abatutsi zabikoze mw’izina ry’Abahutu. Zatumwe n’Abahutu bahe ? Ryari ?

RWANDA: DEMOKARASI FDU-INKINGI ISHAKA NI IYIHE?

Byanditswe na Ndereyehe Karoli

Komiseri Ushinze Politiki n’Igenamigambi muri FDU-Inkingi

Mu gihe abanyarwanda biteguye ingirwa-matora y’abadepite ateganyijwe kuba tariki ya 16 Nzeri 2013, numvise ari ngombwa kugaruka ku kiganiro nagiriye kuri Radio- Itahuka [1] ku ya 08/07/2013.

1.    Demokarasi dushaka ni imeze ite?

Ni:

-       Iha uburenganzira umuntu wese bwo gutanga ibitekerezo bye mu bwubahane, adatukana, adahutajwe;

-       Iha umuturarwanda uburenganzira bwo kwihitiramo umuyobora atabihatiwe, agatora uzamurengera n’ uzarengera inyungu ze;

-       Iha uburenganzira umuturarwanda uburenganzira bwo kutongera gutora uwamuhemukiye ntiyubahirize amasezerano yatanze;

-       Iha urubuga abatavuga rumwe n’ubutegetsi buriho kugira ngo nabo bagaragaze ukwo bakwitwara cyanga icyo bakora baramutse bagiye ku butegetsi;

-       Idafungishiriza abantu akamama ngo ibahimbire ibyaha kubera kutavuga rumwe n’ uri ku butegetsi;.

-       Iha urubuga itangaza-makuru likaba ijisho rya rubanda, likanenga ibitagenda lidatukanye, litagize uwo libeshyera cyanga lihohotera, uhutajwe mu burengenzira bwe akajya mu nkiko;

-       Ireka abacamanza bagaca imanza mu butabera, badashyizweho igitsuri n’uwariwe wese, kabone n’ iyo yaba ari umukuru w’ igihugu.

-       Itabuza umuhinzi guhinga icyo ashaka;

-       Itabuza umuntu kulirira uwe watabarutse cyanga wishwe;

-       Itavutsa umuntu kwiga cyanga kubona akazi kubera ubwoko bwe cyanga aho akomoka;

-       Itagira umunyarwanda imbohe y’amateka ngo imwegekeho icyaha cy’inkomoko kimuvutsa uburenganzira ubwo ari bwo bwose kubera amateka y’ igihugu yaciyemo;

-       Itagira abenegihungu imfungwa mu gihugu cyabo ngo babure ubwinyagambuliro kugisohokamo bigaharirwa abatoneshejwe;

-       Iha buri munnyarwanda ijambo ,

  • akagira uruhare mu gushyiraho amategeko arengera buri munyarwanda aho kuba urukuta rurengera ubutegetsi bukabuza abanyarwanda uburenganzira bwabo;
  • Akagira uruhare mu ngabo no muyindi mitwe ishinzwe umutekano mu gihugu.

-       Idatuma umuntu yigira umwami ngo yiyitiranye n’ inzego,

-       Isaba uhagaraliye u Rwanda mu mahanga ko arengera abanyarwanda bose, atari ukureba niba bavuga cyanga batavuga rumwe n’ ubutegetsi.

Muri iki gihe iyo Demokarasi ntayiri mu Rwanda.

Rwanda: ICT-Ikoranabuhanga mu Makuru no Gutumanaho

Ikiganiro kuri ICT-Ikoranabuhanga mu Makuru no Gutumanaho

Radiyo itahuka

Tariki ya 2 Nzeli 2013

Cyatanzwe na:

Bwana Eric Bahembera, Ingenieur-Informaticien, Umuvugizi wa FDU-Inkingi mu Budage

http://www.blogtalkradio.com/radioitahuka/2013/09/03/fdu-inkingiict-ikoranabuhanga-mugutumanaho

1.   Icyo ICT bivuga

ICT aribyo Ikoranabuhanga mu Makuru no Gutumanaho (Information Communications Technology [1]) ni ubumenyi bwifashisha imashini mu guhunika (to store), gusaba (to retrieve), guhindura (to manipulate), guhererekanya (to transmit) no kwakira (to receive) amakuru aciye mu mashanyarazi yoroheje (electronically) mu buryo bw’ibarisharutoki (digital form).

Mu yandi magambo yoroshye ICT ni ubuhanga mu  gukoresha mudasobwa (computer) mu bijyanye n’amakuru. Amakuru avugwa muri ICT si nka ya yandi tubaza ngo “amakuru ki gusa”. Kuri mudasobwa icyo wayinjizamo cyose gifitanye isano n’ibidukikije, ni amakuru. Tuvuge ko nko kubika umwirondo w’umuntu ari ukubika amakuru akomeye yatuma abantu bayagezeho batamuzi bamumenya.

Impamvu “Gutumanaho” byiyongera mu izina  kandi  nabyo bigakoresha amakuru.

Mu myaka ya vuba ubuhanga mu guhererakanya amakuru bwateye imbere cyane ku buryo kuvuga IT (Information Technology) bitumvikanaga neza ko hari igice kinini gitandukanye na za mudasobwa cyane cyane ubuhanga mu kwubaka imiyoboro no gukoresha ibindi byuma mu guherekanya amakuru. Muri ibyo byateye imbere bitari bimenyerewe ni nka murandasi (internet) na za telefoni zigendanwa (mobile/smart phones) zisigaye atari izo kuvugiraho gusa aho zinakora byinshi byaharirwaga mudasobwa.

Ako kajambo Gutumanaho kiyongera mu izina akenshi iyo abategeka u Rwanda biyamamaza ngo barashaka guhindura u Rwanda Singapour ugasanga ari ko bibandaho gusa.  Nk’uko ndi bubigarukeho nyuma  ako kajambo ntigahagije konyine. Murandasi na Twitter ntibyateza imbere igihugu byonyine cyane cyane iyo bikoreshwa gusa mu kubeshya isi ngo nta ntambara batera muri Kongo kandi bigaragarira buri wese ushaka kubona. Twibukiranye ko bimwe mu biteza izo ntambara ari ugusahura amabuye acurwamo ibyuma byinshi mu bikenerwa muri ICT. Burya mudosobwa nyinshi n’izo za telefoni zigendanwa zirimo amaraso ya bene wacu. Gupfuka amaso kuri za “mapping report” nta kindi  kindi kibitera: ni ayo mabuye basahuranwa.

RWANDA: URUBANZA RWA MADAME VICTOIRE INGABIRE UMUHOZA

IKIGANIRO KU RUBANZA RWA MADAME VICTOIRE INGABIRE UMUHOZA
RADIYO ITAHUKA
TARIKI YA 05 KANAMA 2013

Joseph Bukeye, Komiseri Ushinzwe Ubukangurambaga muri FDU-Inkingi

http://www.blogtalkradio.com/radioitahuka/2013/08/06/inkingi-yamahoro-urubanza-rwa-madamu-victoire-ingabire

Q. Tubanze twibutse abatwumva. Harya urwo rubanza rwatangiye ryari mu rukiko rukuru rwa Kigali ? Victoire yaregwaga iki ?

R. Madame Victoire yafashwe bwa mbere tariki ya 21/04/2010, amaze amezi atatu gusa ageze muRwanda. Icyo gihe yaregwaga ibyaha bitatu aribyo: ibikorwa by’iterabwoba, ingengabitekerezo ya génocide, guhakana génocide no gukwirakwiza impuha.

Q. Kuba madame Victoire yarajuriye byatewe n’iki ? Ni iki atishimiye mu mikirize y’urubanza mu rukiko rukuru rwamuburanishije?

R. Mu mikirize yarwo urukiko rukuru rwamuhanaguyeho ibyaha byose yari yarezwe n’ubushinjacyaha, uretse kimwe cy’ibikorwa by’iterabwoba urukiko rwahinduyemo icyaha cyo kugambana. Gusa icyatangaje ni uko urukiko rwarenze ku birego rwari rwashyikirijwe rukiyongereraho ikindi cyo gupfobya genocide. Nkaba nakwibutsa ko haba mu ibazwa imbere ya police, haba imbere y’ubushinjacyaha cyangwa mu rukiko, madame Victoire ntiyigeze abazwa iby’iki cyaha gishya.

Q. Bikaba rero ari byo byatumye madame Victoire Ingabire ajurira?

R. Si ibyo gusa. Madame Victoire Ingabire ananenga uburyo iryo tegeko rihana ingengabitekerezo ya genocide ryakoreshejwe bamucira igihano cy’akamama cy’imyaka umunani. Mwibuke ko madame Ingabire yari yarashyikirije urukiko rukuru ikibazo avuga ko iryo tegeko ritubahiriza itegeko nshinga. Mu buryo budafututse urukiko rw’ikirenga rwari rwavuze ko nta nenge rubona muri iryo tegeko. Nyamara muri iyo minsi, ministre Karugarama wari ushinzwe ubutabera, yahamije ko iryo tegeko rifite inenge ndetse anasaba inteko y’abadepite kurisubiramo. Aha umuntu akaba yakwibaza uburyo ubucamanza bwo mu Rwanda bukora.

Ikindi madame Ingabire yinubiye mu mikirize y’uru rubanza ni ukumuhambiraho umutwe w’ingabo atazi. Byaje no kugaragara ko uwo mutwe utabaho.

Kongere idasanzwe ya FDU-Inkingi, Buruseli, Taliki ya 20-21 Nyakanga 2013

INKINGI Y’AMAHORO, RADIO ITAHUKA, TALIKI YA 29/07/2013

http://www.blogtalkradio.com/radioitahuka/2013/07/30/congres-idasanzwe-ya-fdu-inkingi-yanonosoye-imikorere-1

Kongere idasanzwe ya FDU-Inkingi

Buruseli, Taliki ya 20-21 Nyakanga 2013

Théophile MURAYI, Ph.D.

Emmanuel MWISENEZA, DVM

Taliki ya 20/7: Gahunda y’inama

  • Hari ingingo ebyiri kuri gahunda y’inama
    • Icyerekezo cy’Ishyaka
    • Imikoranire y’inzego z’ishyaka: Komite Nshingwabikorwa (CEP=Comité Exécutif Provisoire) na Komite Mpuzabikorwa (CC=Comité de Coordination)

Inzitizi ntarengwa(conditions de rupture)

  • Inama yabanje gusuzuma uko ishyaka ryagiye mu gihugu nuko buri ntambwe mu zari ziteganijwe yagiye iterwa
  • Inzitizi ntarengwa zari zarashyizweho mu rwego rwo kureba ingorane ishyaka ryashoboraga guhura nazo ngo zizitire  gahunda yaryo yo gushinga imizi mu gihugu:

–      Amikoro

–      Kwangirwa kwandikwa n’ubutegetsi

–      Gukubitwa no gufungwa kw’abarwanashyaka

–      Kudashobora kujya muri commission y’amatora,…

  • Izo nzitizi zose ishyaka ryahuye nazo rihangana nazo kandi riguma mu gihugu

Rwanda: Duhugukirwe n’Inama Ngoboka-Gihugu iteganijwe mu mahame remezo ya FDU-Inkingi

INAMA NGOBOKA-GIHUGU

DIALOGUE INTER – RWANDAIS HAUTEMENT INCLUSIF (DIRHI)

HIGHLY INCLUSIVE INTER-RWANDAN DIALOGUE (HIIRD)

Ndereyehe Karoli ni umujyanama ushinzwe igenamigambi ya FDU-Inkingi

Tega amatwi ikiganiro uko cyahise kuri Radio Itahuka: Inama Ngoboka Gihugu iteganijwe mu mahame remezo ya FDU http://www.blogtalkradio.com/radioitahuka/2013/05/21/inama-ngoboka-gihugu-iteganijwe-mu-mahame-remezo-ya-fdu

1. Ilibuliro

Iyo uri inararibonye, ukitegereza  ukwo ibintu byifashe mu Rwanda usanga ibicu bibungabunga bisa nk’ibirimo imirabo n’inkuba zakubise amahano akagwira u Rwanda kuva muri 1990 akarinda kuduhekura, itsembatsemba n’itsemba bwoko likibasira abana b’u Rwanda likabarimbura. Kagame aracyashora abana b’u Rwanda kwica abantu, mu Rwanda rwa gati, ngaho muri Kongo, mu Buganda, muri Afrika y’epfo, muri Mozambike, ngo abone abo afataho ingwate ababwira ati “ejo nimpfa namwe muzagorwa kuko dufatanije icyaha”.

Urwango ruranga rugahemberwa n’ingoma ya FPR iri ku butegetsi. Ntawucyizera umuvandimwe, umwana ntashira nyina amakenga. Umuntu yataka ati mwaratumaze, undi ati wowe se washibutse ku giti! Umuntu yavuga ati reka nanjye mpambe abanjye mu cyubahiro, ngo nawe se warapfushije, ibisimba bigira umutima? Uvuze ati ko mwica amategeko mwishyiliyeho? Bati “vuga uvuye aho ni twe tuzi icyo twayashyiliyeho, maze nukomeza bagufate bagufunge”. Murumva ko ari ibyo gufatishwa amaboko yombi bikagarulirwa hafi.

Abanyarwanda bakwiye kwicarana bakaganira , bakareba ukwo bavanaho ubutegetsi bubakandamiza, bagashyiraho ubutegetsi bubabereye, bushingiye ku tegeko Nshiga bumvikanyeho, bukabahumuliza, bubarengera, bukavuza ingoma ya ruca abagome, bugaca inzigo; Ubutegetsi budahoza igihugu mu ntambara zisenya ubukungu buba bugezweho. Iryo tegeko nshingiro si iry’intore, si iry’abari ku butegetsi, ni iry’ abanyarwanda b’ingeri zose ntawe uhejwe. Ibyo biganiro FDU-inkingi ni byo yita Inama-Ngoboka gihugu.

Yashoboka ite, iziga iki, ni inde wayizamo, izaba giheki? Ibyo ni byo tugiye kuganiraho.

 

 

FDU-Inkingi irateganya iki cyasimbura politiki y’ ubuhinzi ya FPR yicisha abaturage inzara?

Iliburiro

Ubutegetsi butita ku mibereho y’umuturage, ntibuhangayikishwe n’uko yiriwe n’uko yaraye ntacyo buba bumaze. Ubutegetsi bubereyeho gushakira ibisubizo ibibazo abaturage bafite. Ntiwatererana abanyarwanda barenze 90% maze ngo uvuge ko uri umuyobozi mwiza.

Akarusho ka FDU-Inkingi ni uko ishaka kuzanira abanyarwanda uburenganzira n’umuco wo gufatanya nabo gushyiraho ubutegetsi bubaha ijambo, igafatanya nabo gushyiraho ubuyobozi burengera kandi bukarenganura buri muntu, bubungabunga ubuzima bwa buri muntu kandi bukamuha uburyo bwo kwivana mu bukene no mu bujiji.

Kw’isonga FDU izahatanira ko n’abatagira kivurira na kirengera barenze 90% by’abanyarwanda bagira ijambo. Abo ni Abanyacyaro bagizwe cyane cyane n’abahinzi-borozi, ni abirukanwa mu mijyi kubera ko nta mikoro no kubura ababatangira ingwate zatuma bahabwa imyenda n’amabanki yatuma bakemura amananiza bashyirwaho, ni abakozi bahembwa intica ntikize, ni abavutswa akazi kandi bagashoboye, kubera irondakoko, irondakarere, ironda-shyaka cyangwa kuba barigishijwe mu gifaransa nyamara urubyiruko ruteshwa igihe mu mashuli rwiga mu cyongereza kidafite abalimu, ni abana b’abakene badafashwa na leta kubona amafaranga yo kubafasha kuliha amashuri no kwiga neza.

Rwanda : FPR mu myaka 25 ntiyageze ku ntego zayo uko yari yazihaye

Kigali kuwa 17 Ukuboza 2012

 

Ishyaka FDU-INKINGI rirasanga FPR Inkotanyi muri iyi sabukuru yaryo y’imyaka 25 rikwiye guterwa isoni n’ikimwaro by’imiyoborere mibi yariranze yo guhonyora bikomeye ubwisanzure n’uburenganzira bw’abanyarwanda

 

Muri iki gihe ishyaka FPR Inkotanyi ririzihiza isabukuru y’imyaka makumyabiri n’itanu (25) rimaze ribayeho. Nk’uko bisanzwe ishyaka iyo rishinzwe riba rifite imigambi riba rishaka kugeza kuri rubanda. Iri shyaka rero ryarashinzwe ribaho kugeza ubwo ryahisemo kugera kubyo ryifuzaga rishoza intambara yeruye ku Rwanda mu 1990. Iki gihe FPR Inkotanyi itangira urugamba rw’amasasu, hari inenge nyinshi yanengaga ubutegetsi bwari buriho, cyane cyane ikavuga ko yari ihangayikishijwe n’ivangura, itonesha, igitugu cy’ishyaka rimwe rya MRND ryari riyobowe na Nyakwigendera Habyarimana Yuvenali; FPR yanavugaga ko ihangayikishijwe no kugarura demokarasi, guca ubuhunzi n’ibindi.