Category Archives: AMAKURU MASHYA

Rwanda: Jenerali Pahulo Kagame yimitswe “atabyifuzaga!” nk’umukandida wa FPR-Inkotanyi mu matora ya Perezida wa Repubulika ateganijwe mu kwezi kwa Munani

Nyuma y’itangazwa rya Jenerali Pahulo Kagame nk’umukandida wa FPR-Inkotanyi mu matora ya Perezida wa Repubulika ateganijwe mu Rwanda mu kwezi kwa Munani, ishyaka FDU-Inkingi ritavuga rumwe na Leta,  rishimishijwe no kumenyesha Abanyarwanda n’Abanyamahanga ibi bikurikira :

Jenerali Pahulo Kagame, yirajije i Nyanza ubwo yimikwaga n’ishyaka rye, avuga ko yicuza kuba agiye kwongera kwiyamamariza umwanya wa Perezida wa Repubulika ubwa gatatu. Koko rero, mu ijambo yegejeje ku barwanashyaka b’ishyaka rye rimaze kumwimikwa nk’umukandida uzisimbura we ubwe, Jenerali Pahulo Kagame yagize ati: « mwansabye kuguma ku butegetsi, none dore ndabyemeye ».

RWANDA: URUBANZA PEREZIDANTE WA FDU-INKINGI Mme VICTOIRE INGABIRE UMUHOZA AHANGANYEMO NA LETA Y’URWANDA MU RUKIKO NYAFURIKA RW’UBURENGANZIRA BW’IKIREMWA MUNTU N’ABATURAGE RWIMURIWE KUYA 22 WERURWE 2017

FDU-Inkingi, ishyaka ritavuga rumwe na Leta iri ku butegetsi mu Rwanda, iramenyesha Abanyarwanda n’abantu bose ko urubanza rw’umukuru wayo Madamu Victoire INGABIRE UMUHOZA uhanganye na Leta y’u Rwanda ruzasubukurwa taliki ya 22/03/2017 imbere y’Urukiko Nyafrika ruharanira uburenganzira bwa muntu ruli Arusha muli Tanzaniya.

FDU-Inkingi irizera ko uku kwimulira urubanza taliki ya 22/03 rwari rwarashyizwe taliki ya 16/06 kutazaba urwitwazo kuli Let aya FPR ikanga kwitaba Urukiko.

RWANDA: FDU-INKINGI YONGEYE GUTANGARIZA ABANYARWANDA N’INSHUTI Z’U RWANDA KO PREZIDANTE WAYO, MADAMU VICTOIRE INGABIRE UMUHOZA, NTAHO AHURIYE N’ICYO ISHYAKA ISHEMA RYISE “GUVERINEMA IKORERA MU BUHUNGIRO”.

Ishyaka FDU-Inkingi ryakoze uko rishoboye kugirango ryirinde impaka z’urudaca kubyerekeranye no kumenya niba Prezidante waryo, Madamu Victoire Ingabire Umuhoza, yarishimiye ishyirwaho rya Leta ikorera mu buhungiro no kuba yarabonyemo umwanya. Tuributsa ko nta masezerano yo gufatanya cyanga gukorana Ishyaka FDU-Inkingi rifitanye n’Ishyaka Ishema.

Ishyaka FDU-Inkingi ryifuje kubamenyesha ibikurikira: Madamu Victoire Ingabire Umuhoza aritegura kujya guhangana na Leta y’Urwanda mu Rukiko rw’Afurika rufite icyicaro Arusha. Urwo rubanza ruzatangira mu byumweru bitageze kuri bitatu. Muri iki gihe Madamu Victoire Ingabire Umuhoza n’Ishyaka rye, bunganiwe na ba avoka, bashishikajwe no gutegura urubanza, ni ngombwa ko abantu bashyira ubwenge ku gihe.

(Français) Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

Rwanda: Des leçons à tirer de l’exercice du pouvoir judiciaire par l’autorité coloniale (novembre 1959 – avril 1960)

Par Dr. Phil. Innocent Nsengimana

Introduction

La lecture objective de la période coloniale au Rwanda en général et des faits historiques liés à la révolution rwandaise de novembre 1959 en particulier, nous met en présence des acteurs qui furent responsables des événements qui plongent leurs racines dans cette révolution et qui marquèrent un tournant décisif dans l’évolution sociopolitique du Rwanda. Le colonisateur n’a pas agi seul ; la coresponsabilité des rwandais antagonistes y est très claire. Cet état de faits se laisse voir à travers les jugements prononcés par l’institution judiciaire qui a siégé de novembre 1959 jusqu’en avril 1960.

En effet, le phénomène colonial par lequel la plupart des sociétés africaines sont entrées en contact avec l’Occident au courant du XIXème siècle s’est manifesté dans divers domaines de leur vécu quotidien et sous de multiples formes. Même si les apologistes de ce phénomène, comme le français Jules Ferry, lui ont conféré une « mission civilisatrice”[1], il faut bien noter que dans beaucoup de régions, il fut synonyme de prédation, de désintégration des sociétés africaines et de dévastation à travers, entre autres, les guerres de conquête baptisées guerres de “pacification” qui furent particulièrement meurtrières.

RWANDA: ISHYAKA FDU-INKINGI RYIFURIJE ABANYARWANDA N’INSHUTI Z’U RWANDA UMWAKA MUSHYA MUHIRE WA 2017

Banyarwanda , Banyarwandakazi, nshuti z’u Rwanda

Kuri uyu munsi tariki ya 31 Ukuboza 2016, mw’izina ry’Ishyaka FDU-Inkingi n’iry’umuyobozi waryo Madamu Victoire Ingabire Umuhoza uhejejwe mu munyururu ku bw’akamama, no mw’izina ryanje bwite, ndagira ngo mbifurize Umwaka Mushya Muhire wa 2017. Muzawugiremo amahoro n’uburenganzira bwanyu bwose bw’ikiremwamuntu buzatuma mushobora kwinyagambura mugashobora gusubira i bumuntu.

Mu gihe turangiza uyu mwaka, ni ngombwa gusubiza amaso inyuma tukareba aho tuva n’aho tujya, ibyatubayeho uyu mwaka n’ibyo duteganya gukora umwaka utaha, kugira ngo u Rwanda rube igihugu cyubahiriza amategeko n’uburenganzira bw’ikiremwa-muntu, gitanga amahwemo mu baturage bacyo, ntihagire uvutswa utwe; igihugu kirangwa na demokarasi isesuye, ishingiye ku mashyaka menshi; igihugu kirangwa n’ubutabera bwigenga budakorerwamo n’abanyapolitiki cyangwa abayobora inzego za gisirikari n’iz’umutekano, abanyarwanda bakareshya imbere y’amategeko; igihugu kitagira ivangura iryo ari ryo ryose, igihugu cyumva kandi kikimakaza ugushyikirana n’ubwiyunge nyabwo bw’Abanyarwanda, igihugu gikangurira Abanyarwanda kubahana hagati yabo kandi bakubaha n’abandi, ntihagire ukandamizwa cyangwa ngo azire ubwoko bwe, akarere akomokamo cyangwa amateka ye.

(Français) RWANDA: LES FDU-INKINGI FELICITENT LE PRESIDENT ELU DES ETATS UNIS D’AMÉRIQUE,  M. Donald TRUMP

 

 

(Français) (English) RWANDA: FDU-INKINGI CONGRATULATES THE PRESIDENT-ELECT OF THE UNITED STATES DONALD TRUMP.

Mr. President-Elect,

The Rwandan opposition political party, FDU-Inkingi, has learned your victory for the presidency of the United States of America for the coming 4 years.

(Français) RWANDA: LES MEMBRES DU PARLEMENT EUROPEEN RENCONTRENT LES DELEGUES DES FDU-INKINGI A KIGALI

COMMUNIQUE DE PRESSE

 Après le refus formel du gouvernement rwandais, transmis officiellement par Mme Louise Mushikiwabo, Ministre des Affaires Etrangères, de rencontrer la prisonnière politique Mme Victoire Ingabire Umuhoza Présidente des FDU-Inkingi, arguant qu’elle a été emprisonnée en vertu de la législation rwandaise et que ça ne concernait pas le parlement européen, la délégation parlementaire de la Commission des droits de la femme et de l’égalité des genres (FEMM) du Parlement européen conduite par sa Présidente , la députée espagnole Mme Iratxe GARCÍA PÉREZ, a rencontré une délégation du Comité Directeur des FDU-INKINGI conduite par le 1er vice-président, Mr. Boniface Twagirimana accompagné par le Commissaire-adjoint à la Stratégie et aux affaires politiques Mr M. Gratien Nsabiyaremye, ce 21 Septembre 2016 .

RWANDA: THEOPHILE NTIRUTWA YABONETSE NYUMA Y’IMINSI IBIRI YARAMAZE AKORERWA IYICARUBOZO

Ku cyumweru tariki ya 18 Nzeri 2016 nibwo umuyobozi wa FDU-Inkingi mu rwego rw’ibanze rw’umugi wa Kigali yaburiwe irengero ashimuswe, mu ma saa tanu z’ijoro ku isaha y’i Kigali.
Nkuko nyir’ubwite yabidutangarije, yibwe n’abasirikare bamuteze atashye iwe kuri moto, imodoka zabo zimwitambika imbere, maze bamaze kumukura kuri moto ye, bamwinjiza ku ngufu mu modoka yabo, bamuboha amaguru n’amaboko bamupfuka igitambaro mu mutwe, maze bamujyana ahantu atamenye neza kuberako bari bamupfutse amaso. Ariko akeka ko ari mu kigo cya gisirikare cy’i Kami bamujyanye akurikije igihe bamaze bagenda ndetse n’utwo yashoboye kubona mu gihe gito bamupfukuraga amaso.

Theophile Ntirutwa mbere na nyuma yo gushimutwa

(Français) POLITIQUE AGRICOLE 1995-2016 AU RWANDA: CONTRASTE ENTRE LES BELLES STATISTIQUES DE PRODUCTIONS AGRICOLES ET LES FAMINES CHRONIQUES

POLITIQUE AGRICOLE 1995-2016 AU RWANDA:

CONTRASTE ENTRE LES BELLES STATISTIQUES DE PRODUCTIONS AGRICOLES

ET LES FAMINES CHRONIQUES.

 

Ndereyehe Charles[1]

 1.    Introduction

Le 24 février 2016, je publiai un article[i] en Kinyarwanda qui analysait les récentes publications[ii] parues sur l’agriculture au Rwanda. Comme dans les analyses antérieures [iii] - [iv], je soulignais encore que la politique économique du gouvernement rwandais, dominé par le FPR (Front Patriotique Rwandais), avait amené l’agriculture rwandaise dans l’impasse[v].

Beaucoup de journaux locaux continuent à publier dans le même sens, en mettant en exergue le contraste entre les statistiques luisantes d’augmentation des productions agricoles et les famines chroniques sévissant dans tous les coins du pays[vi].

Deux articles m’ont particulièrement impressionné. Le 1er, en anglais, du chercheur Dr. Neil Dawson, fait ressortir que la politique agricole du Rwanda a un effet néfaste pour les plus pauvres. Le 2ème,  du 16/02/2016 et en Kinyarwanda, concerne la déclaration du Ministre de l’agriculture et de l’élevage, Mme Dr G. Mukeshimana, qui affirme que  les problèmes de l’agriculture rwandaise sont liés à la régression de la recherche agricole[vii].

Ces deux personnalités montrent que les belles statistiques du gouvernement ne représentent pas les faits réels de terrain où l’autosuffisance alimentaire serait un acquis pour un grand nombre de Rwandais. Il est en effet de notoriété publique que les statistiques officielles sont souvent manipulées[viii], pour montrer une autre image[ix] de l’agriculture et du développement économique au Rwanda, qui seraient sur la voie d’assurer l’autosuffisance alimentaire. Pourtant tous les indicateurs économiques clignotent rouge[x], montrant la pauvreté et  la famine !

En effet, selon le Rapport Mondial 2013 sur le Développement Humain, le Rwanda a un indice de Gini de 0,53 , qui le place parmi les pays les plus inégalitaires au monde. Les 10% les plus riches accaparent 40% des revenus, tandis que les 10% les plus pauvres se contentent d’à peine 3,5% des revenus. En réalité 82% de la population vit avec moins de 2$ USD par jour, la population en-dessous du seuil de pauvreté (celle qui vit avec moins de 1,25 $/j) est de 63,2% au lieu de 44,9% avancé par les chiffres officiels. La population qui croupit dans une pauvreté multidimensionnelle est estimée à 69% par ce même Rapport [xi] .

La presse locale [xii]§§ montrent des réalités économiques caractérisant la pauvreté, chiffres et images à l’appui, au moment où les officiels ont de la peine à accepter cette misère rwandaise qu’ils veulent cacher à l’opinion internationale. L’alibi malheureux, constitué par les infrastructures poussant comme des champignons dans “la très propre ville de Kigali”, cache ce terrible mal rongeant le petit peuple, décrit ainsi par Ansoms (2009): “Tout comme ailleurs, l’élaboration des politiques est une affaire contrôlée par les élites au Rwanda. La majorité des petits producteurs pauvres a sans aucun doute peu d’influence sur la situation politique. Les responsables de formulation des politiques ont peu de liens institutionnels ou personnels avec les questions de développement rural, et sont nombreux à avoir une attitude condescendante, voire méprisante, envers les petits producteurs pauvres pratiquant des formes «traditionnelles » d’agriculture ” [xiii] .

RWANDA : IMIGABO N’IMIGAMBI BYA PLATEFORME

IMIGABO N’IMIGAMBI BYA PLATEFORME 

1. TURI BANDE?

Plateforme P5 ni urugaga rw’amashyaka n’imitwe ya politiki AMAHORO-PC, FDU – INKINGI, PDP – IMANZI, PS – IMBERAKURI n’ IHURIRO NYARWANDA (RNC); uru rugaga kandi rwakira n’andi mashyaka bahuje imigambi n’amahame remezo.

Plateforme P5 ni urugaga rugaragaza isura y’umuryango nyarwanda. Amashyaka n’imitwe ya politiki arugize ahuje Abanyarwanda b’ingeri zose kandi  b’amoko yose (Abahutu, Abatutsi n’Abatwa) baturuka mu turere twose tw’u Rwanda, kandi baranzwe n’amateka atandukanye yacu nk’Abanyarwanda. Harimo abantu bahoze mu ishyaka rya RPF, abantu bahoze mu yandi mashyaka yakoreraga mu Rwanda kuva mu 1991, ndetse n’abandi bantu batigeze bagira ishyaka na rimwe rya politiki babarizwamo mbere. Hahuriyemo kandi abari abayobozi bakuru ku butegetsi bwa Perezida Paul Kagame na FPR, n’abayobozi b’inzego zitandukanye kugeza ku buyobozi bukuru bwa Leta ya Perezida Juvénal Habyarimana.

RWANDA: KWAMAGANA URUGOMO N’IMVUGO YA GASHOZANTAMBARA

Imyaka ibaye 22 igihugu cyacu kigwiririwe n’amahano yaje kuvamo itsembabwoko n’andi mahano menshi atarahabwa inyito yahitanye ubuzima bw’inzirakarengane zitagira ingano. Nk’uko bisanzwe bigenda buri mwaka, mu gihugu ndetse no mu mahanga hibukwa izo nzirakarengane, kuri benshi tukabibuka bivuye ku mutima tunasaba ko bitazasubira ukundi “Never again“.

Igitangaje kandi kinababaje, ni uko bimaze kuba umuco mubi kuri bamwe mu bayobozi b’igihugu cy’u Rwanda duhereye ku mukuru w’igihugu perezida Pahulo Kagame, bakoresha ibyo bihe nk’uburyo bwo kugaragaza ko batigeze bumva cyangwa ngo bakure amasomo muri ayo mahano yoretse igihugu mu miborogo ku buryo na n’ubu igihugu n’amahanga bigihanganye n’ingaruka byadusigiye.

(Français) RWANDA: AVRIL 2006 – AVRIL 2016 : DIXIEME ANNIVERSAIRE DES FDU-INKINGI

Rien n’est plus souple et plus faible au monde que l’eau.
Pourtant pour attaquer ce qui est dur et fort,
Rien ne la surpasse
Et personne ne pourrait l’égaler ”.

Lao-Tseu Laozi

Il y a 10 ans, les forces démocratiques rwandaises ont décidé de conjuguer leurs efforts pour forcer la dictature rwandaise à ouvrir l’espace politique et à laisser le peuple rwandais jouir de ses droits inaliénables. Leur détermination et ténacité à ne pas céder aux chantages et à la peur de payer l’ultime sacrifice sont incarnées par leur leader, Madame Victoire Ingabire Umuhoza, détenue dans la prison-mouroir de Kigali. Disciple de Sun Tzu et de Gandhi, Madame Victoire avec ses collaborateurs ont toujours lutté pour la non-violence et pour la construction d’une plateforme de l’opposition démocratique rwandaise pour offrir aux Rwandais un outil efficace de lutter contre la dictature qui les opprime. Les Forces Démocratiques Unies (FDU-Inkingi) sont nées officiellement le 26 Avril 2006. En ce jour nous rendons hommage à toutes les Rwandaises et à tous les Rwandais qui luttent pour leurs droits fondamentaux et inaliénables.

(Français) RWANDA: LES MEMBRES DE LA PLATEFORME CONDAMNENT LA DIVERSION PERSITANTE DU GENERAL PAUL KAGAME POUR ENVAHIR LA RDC ET LE BURUNDI

COMMUNIQUE DE PRESSE n. 08.

Lors de la conférence de presse relative à la commémoration du génocide rwandais le 09 Avril 2016, le Président Paul Kagame a déclaré qu’il est impatient d’en découdre avec ceux qui se préparent à attaquer le Rwanda et ceux qui les soutiennent.  Mais plus d’un analyste pensent qu’il lui manque seulement un prétexte pour envahir de nouveau la RDC et le Burundi.  Le rapport des experts de l’ONU  sur le risque de la nouvelle implosion en Afrique Centrale est sans équivoque. C’est dans ce cadre que se placeraient les attaques simulées à Rubavu-Rwanda .

 Press Release N.08

Press Release N.08

During the press conference on the commemoration of the Rwandan genocide on 9th April 2016, President Paul Kagame stated he is eager to do battle with those who are preparing to attack Rwanda and those who support them. But many analysts believe it is, as usual, only a pretext to invade again the DRC and Burundi. The report of UN experts on the risk of a new collapse in Central Africa is unequivocal. This may indeed explains the recent “attacks” in Rubavu-Rwanda.

COMMUNIQUE DE PRESSE n. 08.

Lors de la conférence de presse relative à la commémoration du génocide rwandais le 09 Avril 2016, le Président Paul Kagame a déclaré qu’il est impatient d’en découdre avec ceux qui se préparent à attaquer le Rwanda et ceux qui les soutiennent.  Mais plus d’un analyste pensent qu’il lui manque seulement un prétexte pour envahir de nouveau la RDC et le Burundi.  Le rapport des experts de l’ONU  sur le risque de la nouvelle implosion en Afrique Centrale est sans équivoque. C’est dans ce cadre que se placeraient les attaques simulées à Rubavu-Rwanda .

COMMUNIQUE DE PRESSE n. 08.

Lors de la conférence de presse relative à la commémoration du génocide rwandais le 09 Avril 2016, le Président Paul Kagame a déclaré qu’il est impatient d’en découdre avec ceux qui se préparent à attaquer le Rwanda et ceux qui les soutiennent.  Mais plus d’un analyste pensent qu’il lui manque seulement un prétexte pour envahir de nouveau la RDC et le Burundi.  Le rapport des experts de l’ONU  sur le risque de la nouvelle implosion en Afrique Centrale est sans équivoque. C’est dans ce cadre que se placeraient les attaques simulées à Rubavu-Rwanda .

 Press Release N.08

During the press conference on the commemoration of the Rwandan genocide on 9th April 2016, President Paul Kagame stated he is eager to do battle with those who are preparing to attack Rwanda and those who support them. But many analysts believe it is, as usual, only a pretext to invade again the DRC and Burundi. The report of UN experts on the risk of a new collapse in Central Africa is unequivocal. This may indeed explains the recent “attacks” in Rubavu-Rwanda.

COMMUNIQUE DE PRESSE n. 08.

Lors de la conférence de presse relative à la commémoration du génocide rwandais le 09 Avril 2016, le Président Paul Kagame a déclaré qu’il est impatient d’en découdre avec ceux qui se préparent à attaquer le Rwanda et ceux qui les soutiennent.  Mais plus d’un analyste pensent qu’il lui manque seulement un prétexte pour envahir de nouveau la RDC et le Burundi.  Le rapport des experts de l’ONU  sur le risque de la nouvelle implosion en Afrique Centrale est sans équivoque. C’est dans ce cadre que se placeraient les attaques simulées à Rubavu-Rwanda .

 Press Release N.08

During the press conference on the commemoration of the Rwandan genocide on 9th April 2016, President Paul Kagame stated he is eager to do battle with those who are preparing to attack Rwanda and those who support them. But many analysts believe it is, as usual, only a pretext to invade again the DRC and Burundi. The report of UN experts on the risk of a new collapse in Central Africa is unequivocal. This may indeed explains the recent “attacks” in Rubavu-Rwanda.

COMMUNIQUE DE PRESSE n. 08.

Lors de la conférence de presse relative à la commémoration du génocide rwandais le 09 Avril 2016, le Président Paul Kagame a déclaré qu’il est impatient d’en découdre avec ceux qui se préparent à attaquer le Rwanda et ceux qui les soutiennent.  Mais plus d’un analyste pensent qu’il lui manque seulement un prétexte pour envahir de nouveau la RDC et le Burundi.  Le rapport des experts de l’ONU  sur le risque de la nouvelle implosion en Afrique Centrale est sans équivoque. C’est dans ce cadre que se placeraient les attaques simulées à Rubavu-Rwanda .

 Press Release N.08

During the press conference on the commemoration of the Rwandan genocide on 9th April 2016, President Paul Kagame stated he is eager to do battle with those who are preparing to attack Rwanda and those who support them.

But many analysts believe it is, as usual, only a pretext to invade again the DRC and Burundi. The report of UN experts on the risk of a new collapse in Central Africa is unequivocal. This may indeed explains the recent “attacks” in Rubavu-Rwanda.

PRESS RELEASE n.08

MEMBERS OF THE PLATFORM CONDEMN THE PAUL KAGAME

PERSISTENT DIVERSION TO INVADE THE DRC AND BURUNDI

  During the press conference on the commemoration of the Rwandan genocide on 9th April 2016, President Paul Kagame stated he is eager to do battle with those who are preparing to attack Rwanda and those who support them. But many analysts believe it is, as usual, only a pretext to invade again the DRC and Burundi. The report of UN experts on the risk of a new collapse in Central Africa is unequivocal. This may indeed explains the recent “attacks” in Rubavu-Rwanda.

PRESS RELEASE n.08

MEMBERS OF THE PLATFORM CONDEMN THE PAUL KAGAME

PERSISTENT DIVERSION TO INVADE THE DRC AND BURUNDI

During the press conference on the commemoration of the Rwandan genocide on 9th April 2016, President Paul Kagame stated he is eager to do battle with those who are preparing to attack Rwanda and those who support them. But many analysts believe it is, as usual, only a pretext to invade again the DRC and Burundi. The report of UN experts on the risk of a new collapse in Central Africa is unequivocal. This may indeed explains the recent “attacks” in Rubavu-Rwanda.

(Français) (English) Rwanda: Donors should ask President Kagame to clear his name over financial scandals of his close associates.

 Press release

Panama Papers have hit the headlines showing a global network of offshore companies that help the wealthy hide their assets from tax authorities, launder the proceeds of criminal activities or conceal misappropriated or politically inconvenient wealth. The dealings were facilitated by a Panama based law firm Mossack Fonseca.

 The scandals include among others Icelandic Prime Minister, Sigmundur David Gunnlaugson, who had an undeclared interest linked to his wife’s wealth. Furthermore, according to the French paper “le Monde”, Syria used Mossack Fonseca to create shell companies to help it break international sanctions and fund its war effort. The Rwandan Minister of Finances Ambassador Claver Gatete, has confirmed that a company called <<Debden Investments Ltd, an offshore company mentioned in the “Panama papers” was established in 1998, by the then transitional Government of Rwanda. It was registered under the names of two close associates of President Kagame. They include Brigadier Gen. Emmanuel Ndahiro and Mr Hatari Sekoko. Emmanuel is a confidant of Rwandan President Paul Kagame, having served as the president’s physician, security adviser and spokesman. He also served as military spokesman when Kagame was Vice President and Minister of Defence from 1994–2000. Ndahiro headed Rwanda’s National Intelligence and Security Services from 2004–2011. In 2015, Kagame promoted him to Brigadier General. Mr Hatari Sekoko became a soldier in 1990 when the RPF started the war and became driver of the family of President Kagame during the war.

The controversial law firm Mossack Fonseca helped the two associates of President Paul Kagame register, in the British Virgin Islands tax haven, a company called, Debden Investments Limited in September 1998, with a registered capital of $50,000.

While Dr Ndahiro has been rising in military ranks since 1998 from Major to General, his associate Hatari is now a big business tycoon. He owns many companies and is Director of Century Park Ltd which is going to construct a multimillion park in Kigali, estimated at $207 million (two hundred and seven million).  The venture will constitute construction of high-end apartments, and will host a five-star Sheraton International Hotel, home villas, up-market apartments and other facilities. The company was recently involved in the construction of Kigali City Tower (a skyscraper) and Marriot Hotel.

He is said to have travelled with the President Kagame nephew Byusa to set a company in Panama “Colina Enterprise”, which subsequently purchased a building from one Bright Grahame Murray for almost £2 million. The building is rented by the Rwandan High Commission in London. He set another company “Repli Investments 29 (pty) Ltd”, a company registered in South Africa under him and Jean Paul Nyirubutama, alleged to be a close relative to the 1stlady Jeannette Kagame. The company was said to own two US$50 million Bombardier Jets, which the Rwandan government rents for the travels of President Paul Kagame.  When this came out to light the two aircrafts changed hands and are said to belong to the ruling party business enterprise “Crystal ventures, the second largest employer after the government, and Mr Hatari is Board member.  The overall boss is President Kagame, chair of the Party. Mr Hatari is believed to be a frontman for President Kagame family businesses.

It is hard to believe that such transactions could escape the attention of the President Kagame or his intelligence services. Therefore, he is not likely to order an investigation against his close associates.

The Icelandic Prime Minister Sigmundur has resigned while Australia, France and the Netherlands have announced investigations into revelations contained in the papers. A judicial source said Spain had opened a money-laundering probe into the law firm.

The political opposition platform calls on international donors to carry our investigation regarding the possible siphoning of the much needed Rwandan cash to private companies or the evasion of tax by people close to the regime.  We urge also President Kagame to clear his names over allegations of his indirect involvement in these fraudulent dealings.

We would like to recall that has received substantial aid of over $12 billion since President Kagame has been in virtual control of the country, making Rwanda the biggest per capita ODA recipient in East Africa. Rwanda ODA capita was in 2012, $77; Kenya, $61; Tanzania, $59; Burundi, $53, and Uganda, $49.

Done in Washington DC, On  April 8, 2016

Dr. Theogene Rudasingwa

Chair,

Platform

E-mail:ngombwa@gmail.com

Tel:001-240-477-9110

Rwanda-financial-scandals

 Press release

Panama Papers have hit the headlines showing a global network of offshore companies that help the wealthy hide their assets from tax authorities, launder the proceeds of criminal activities or conceal misappropriated or politically inconvenient wealth. The dealings were facilitated by a Panama based law firm Mossack Fonseca.

 The scandals include among others Icelandic Prime Minister, Sigmundur David Gunnlaugson, who had an undeclared interest linked to his wife’s wealth. Furthermore, according to the French paper “le Monde”, Syria used Mossack Fonseca to create shell companies to help it break international sanctions and fund its war effort. The Rwandan Minister of Finances Ambassador Claver Gatete, has confirmed that a company called <<Debden Investments Ltd, an offshore company mentioned in the “Panama papers” was established in 1998, by the then transitional Government of Rwanda. It was registered under the names of two close associates of President Kagame. They include Brigadier Gen. Emmanuel Ndahiro and Mr Hatari Sekoko. Emmanuel is a confidant of Rwandan President Paul Kagame, having served as the president’s physician, security adviser and spokesman. He also served as military spokesman when Kagame was Vice President and Minister of Defence from 1994–2000. Ndahiro headed Rwanda’s National Intelligence and Security Services from 2004–2011. In 2015, Kagame promoted him to Brigadier General. Mr Hatari Sekoko became a soldier in 1990 when the RPF started the war and became driver of the family of President Kagame during the war.

The controversial law firm Mossack Fonseca helped the two associates of President Paul Kagame register, in the British Virgin Islands tax haven, a company called, Debden Investments Limited in September 1998, with a registered capital of $50,000.

While Dr Ndahiro has been rising in military ranks since 1998 from Major to General, his associate Hatari is now a big business tycoon. He owns many companies and is Director of Century Park Ltd which is going to construct a multimillion park in Kigali, estimated at $207 million (two hundred and seven million).  The venture will constitute construction of high-end apartments, and will host a five-star Sheraton International Hotel, home villas, up-market apartments and other facilities. The company was recently involved in the construction of Kigali City Tower (a skyscraper) and Marriot Hotel.

He is said to have travelled with the President Kagame nephew Byusa to set a company in Panama “Colina Enterprise”, which subsequently purchased a building from one Bright Grahame Murray for almost £2 million. The building is rented by the Rwandan High Commission in London. He set another company “Repli Investments 29 (pty) Ltd”, a company registered in South Africa under him and Jean Paul Nyirubutama, alleged to be a close relative to the 1stlady Jeannette Kagame. The company was said to own two US$50 million Bombardier Jets, which the Rwandan government rents for the travels of President Paul Kagame.  When this came out to light the two aircrafts changed hands and are said to belong to the ruling party business enterprise “Crystal ventures, the second largest employer after the government, and Mr Hatari is Board member.  The overall boss is President Kagame, chair of the Party. Mr Hatari is believed to be a frontman for President Kagame family businesses.

It is hard to believe that such transactions could escape the attention of the President Kagame or his intelligence services. Therefore, he is not likely to order an investigation against his close associates.

The Icelandic Prime Minister Sigmundur has resigned while Australia, France and the Netherlands have announced investigations into revelations contained in the papers. A judicial source said Spain had opened a money-laundering probe into the law firm.

The political opposition platform calls on international donors to carry our investigation regarding the possible siphoning of the much needed Rwandan cash to private companies or the evasion of tax by people close to the regime.  We urge also President Kagame to clear his names over allegations of his indirect involvement in these fraudulent dealings.

We would like to recall that has received substantial aid of over $12 billion since President Kagame has been in virtual control of the country, making Rwanda the biggest per capita ODA recipient in East Africa. Rwanda ODA capita was in 2012, $77; Kenya, $61; Tanzania, $59; Burundi, $53, and Uganda, $49.

Done in Washington DC, On  April 8, 2016
Dr. Theogene Rudasingwa
Chair,
Platform
E-mail:ngombwa@gmail.com
Tel:001-240-477-9110

Rwanda-financial-scandals

 

 Press release

Panama Papers have hit the headlines showing a global network of offshore companies that help the wealthy hide their assets from tax authorities, launder the proceeds of criminal activities or conceal misappropriated or politically inconvenient wealth. The dealings were facilitated by a Panama based law firm Mossack Fonseca. The scandals include among others Icelandic Prime Minister, Sigmundur David Gunnlaugson, who had an undeclared interest linked to his wife’s wealth. Furthermore, according to the French paper “le Monde”, Syria used Mossack Fonseca to create shell companies to help it break international sanctions and fund its war effort. The Rwandan Minister of Finances Ambassador Claver Gatete, has confirmed that a company called <<Debden Investments Ltd, an offshore company mentioned in the “Panama papers” was established in 1998, by the then transitional Government of Rwanda. It was registered under the names of two close associates of President Kagame.They include Brigadier Gen. Emmanuel Ndahiro and Mr Hatari Sekoko. Emmanuel is a confidant of Rwandan President Paul Kagame, having served as the president’s physician, security adviser and spokesman. He also served as military spokesman when Kagame was Vice President and Minister of Defence from 1994–2000. Ndahiro headed Rwanda’s National Intelligence and Security Services from 2004–2011. In 2015, Kagame promoted him to Brigadier General. Mr Hatari Sekoko became a soldier in 1990 when the RPF started the war and became driver of the family of President Kagame during the war.

PLATFORME    AMAHORO PC – FDU INKINGI – PDP IMANZI – PS IMBERAKURI – RWANDA NATIONAL CONGRESS (RNC)

Press release

Panama Papers have hit the headlines showing a global network of offshore companies that help the wealthy hide their assets from tax authorities, launder the proceeds of criminal activities or conceal misappropriated or politically inconvenient wealth. The dealings were facilitated by a Panama based law firm Mossack Fonseca.   The scandals include among others Icelandic Prime Minister, Sigmundur David Gunnlaugson, who had an undeclared interest linked to his wife’s wealth. Furthermore, according to the French paper “le Monde”, Syria used Mossack Fonseca to create shell companies to help it break international sanctions and fund its war effort. The Rwandan Minister of Finances Ambassador Claver Gatete, has confirmed that a company called <<Debden Investments Ltd, an offshore company mentioned in the “Panama papers” was established in 1998, by the then transitional Government of Rwanda. It was registered under the names of two close associates of President Kagame. They include Brigadier Gen. Emmanuel Ndahiro and Mr Hatari Sekoko. Emmanuel is a confidant of Rwandan President Paul Kagame, having served as the president’s physician, security adviser and spokesman. He also served as military spokesman when Kagame was Vice President and Minister of Defence from 1994–2000. Ndahiro headed Rwanda’s National Intelligence and Security Services from 2004–2011. In 2015, Kagame promoted him to Brigadier General. Mr Hatari Sekoko became a soldier in 1990 when the RPF started the war and became driver of the family of President Kagame during the war. The controversial law firm Mossack Fonseca helped the two associates of President Paul Kagame register, in the British Virgin Islands tax haven, a company called, Debden Investments Limited in September 1998, with a registered capital of $50,000. While Dr Ndahiro has been rising in military ranks since 1998 from Major to General, his associate Hatari is now a big business tycoon. He owns many companies and is Director of Century Park Ltd which is going to construct a multimillion park in Kigali, estimated at $207 million (two hundred and seven million).  The venture will constitute construction of high-end apartments, and will host a five-star Sheraton International Hotel, home villas, up-market apartments and other facilities. The company was recently involved in the construction of Kigali City Tower (a skyscraper) and Marriot Hotel. He is said to have travelled with the President Kagame nephew Byusa to set a company in Panama “Colina Enterprise”, which subsequently purchased a building from one Bright Grahame Murray for almost £2 million. The building is rented by the Rwandan High Commission in London. He set another company “Repli Investments 29 (pty) Ltd”, a company registered in South Africa under him and Jean Paul Nyirubutama, alleged to be a close relative to the 1stlady Jeannette Kagame. The company was said to own two US$50 million Bombardier Jets, which the Rwandan government rents for the travels of President Paul Kagame.  When this came out to light the two aircrafts changed hands and are said to belong to the ruling party business enterprise “Crystal ventures, the second largest employer after the government, and Mr Hatari is Board member.  The overall boss is President Kagame, chair of the Party. Mr Hatari is believed to be a frontman for President Kagame family businesses. It is hard to believe that such transactions could escape the attention of the President Kagame or his intelligence services. Therefore, he is not likely to order an investigation against his close associates. The Icelandic Prime Minister Sigmundur has resigned while Australia, France and the Netherlands have announced investigations into revelations contained in the papers. A judicial source said Spain had opened a money-laundering probe into the law firm. The political opposition platform calls on international donors to carry our investigation regarding the possible siphoning of the much needed Rwandan cash to private companies or the evasion of tax by people close to the regime.  We urge also President Kagame to clear his names over allegations of his indirect involvement in these fraudulent dealings. We would like to recall that has received substantial aid of over $12 billion since President Kagame has been in virtual control of the country, making Rwanda the biggest per capita ODA recipient in East Africa. Rwanda ODA capita was in 2012, $77; Kenya, $61; Tanzania, $59; Burundi, $53, and Uganda, $49. Washington April 8, 2016 Dr. Theogene Rudasingwa Chair, Platform e-mail:ngombwa@gmail.com Tel:001-240-477-9110

(Français) RWANDA: LES FDU INKINGI APPELLENT LES AUTORITES RWANDAISES A LIBERER MADAME ILLUMINEE IRAGENA

COMMUNIQUE DE PRESSE

 Depuis le 27 mars 2016, la famille de madame Illuminée Iragena est sans nouvelles de cette dernière. Enlevée sur le trajet entre son domicile et son lieu de travail, madame Iragena, titulaire de la carte d’identité numéro 1197570007371075, laisse 4 enfants en bas âge, seuls et sans soins, son mari étant absent pour cause de sécurité. Sa famille a adressé une lettre aux autorités policières, pour aviser de cette disparition, mais comme à l’accoutumée, ces dernières gardent un mutisme total.